Brésil: la droite défile dans les rues de Rio pour demander la destitution de Bolsonaro

·2 min de lecture

Après l’appel de la gauche à manifester dans plusieurs grandes villes du pays samedi contre le président Jair Bolsonaro, c’était au tour des mouvements de droite. Comme la veille, les manifestants ont fait un convoi de voitures pour éviter les agglomérations et dénoncer la gestion de la pandémie par le président brésilien. Ils demandent sa destitution.

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

Dans les rues de Copacabana, c’est la première fois qu’une manifestation aux couleurs du drapeau brésilien appelle à la destitution de Jair Bolsonaro. Alexandre Gomes est un électeur déçu du président. Il a perdu sa mère à cause du coronavirus.

« Le président sabote les mesures de protections basiques comme l’usage de masque, encourage les agglomérations… J’ai assisté à ça avec beaucoup d’indignation, surtout parce que j’ai perdu quelqu’un de ma famille, explique le jeune homme. Tout ça m’a convaincu qu’il fallait faire une demande de destitution du président pour crime d’irresponsabilité. »

Ce chauffeur de taxi avait déjà défilé dans les rues en 2016 pour demander la destitution de l’ancienne présidente Dilma Roussef. C’est aussi le cas de Fabio Gideão, l’un des coordinateurs du Mouvement Brésil Libre, une organisation de droite ultralibérale qui appelait à la manifestation ce dimanche. « Sous le gouvernement Dilma, ce qui était grave c’était la corruption, et c’est inacceptable. Mais sous le gouvernement Bolsonaro, son incompétence engendre des morts. C’est beaucoup plus grave que sous Dilma, et c’est pour ça que je pense que sa destitution pourrait être beaucoup plus rapide que celle de Dilma », affirme-t-il.

► À lire aussi : Démunie, l'Amazonie brésilienne subit les ravages d'une épidémie hors de contrôle

Ces derniers mois, les retards dans la vaccination et la mise en doute de son efficacité par Jair Bolsonaro ont fait chuter sa cote de popularité. En janvier, un tiers des Brésiliens approuve son gouvernement, contre 37% en août dernier.