Brésil: des dizaines de milliers de manifestants contre Bolsonaro dans tout le pays

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ce samedi 2 octobre, des dizaines de milliers de Brésiliens sont descendus dans les rues du pays pour réclamer la destitution du président Jair Bolsonaro, alors que les prochaines élections présidentielles doivent se tenir tout juste dans un an, en octobre 2022. À l’appel de nombreuses formations de gauche et de différents syndicats, les manifestants ont également dénoncé la gestion de la pandémie et la crise économique que traverse le pays.

Arborant des drapeaux et des tee-shirts de partis politiques de gauche, du PT de l’ancien président Lula notamment, ou encore des drapeaux brésiliens plus souvent brandis lors des manifestations de soutien à Jair Bolsonaro, des dizaines de milliers de Brésiliens sont sortis dans les rues ce samedi. Quelque 94 manifestations selon un décompte de la presse brésilienne, dans 26 des 27 États du pays. Une forte mobilisation pour réclamer le départ du président brésilien.

Une gestion calamiteuse de la pandémie

En baisse dans les sondages à un an de l’élection présidentielle avec seulement 22% d’intentions de vote contre 44% pour Lula, Jair Bolsonaro fait les frais d’une gestion calamiteuse de la pandémie qui a fait près de 600 000 morts au Brésil. Une pandémie qui a pour conséquence une crise économique qui se traduit par une inflation galopante dans l’alimentation, l’énergie, mais aussi une nette augmentation du nombre de chômeurs.

À lire aussi : Covid-19: au Brésil, des patients ont reçu de la chloroquine à leur insu

Même des leaders de partis de droite et du centre-droit ont défilé ce samedi, bien qu’ils n’appellent pas à la destitution de Jair Bolsonaro.

Des manifestations qui visent également à faire pression sur la Chambre des députés et plus précisément sur son président Artur Lira, un allié de Jair Bolsonaro qui refuse pour l’instant de donné suite à plus d’une centaine de pétitions réclamant la destitution du président.

À lire aussi : Brésil: la Cour suprême se défend face aux attaques présidentielles

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles