Brésil: la Cour suprême condamne un député d'extrême droite à près de neuf ans de prison

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

André Silveira, qui est proche du président Bolsonaro, avait proféré à plusieurs reprises des menaces contre des membre de la Haute Cour. Une condamnation qui remet le feu aux poudres entre Jair Bolsonaro et la Cour suprême à six mois des élections.

Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

Dix contre un. C’est sur un score sans appel que les magistrats de la Cour ont condamné Daniel Silveira en raison des menaces qu’il avait proférées contre des membres de cette même Cour suprême. La peine de ce partisan du président Jair Bolsonaro s’élève à 8 ans et 9 mois de prison, mais ses avocats peuvent encore faire appel.

Daniel Silveira est un personnage polémique et haut en couleur. Il avait déjà été placé en détention sur ordre du juge Alexandre de Moraes pendant 9 mois après avoir proféré des menaces et fait l’apologie de la dictature militaire des années 70. À l’occasion, Daniel Silveira avait reçu le soutien explicite de Jair Bolsonaro.

Cette fois, c’est l’un des enfants du président, le sénateur Flavio Bolsonaro, qui a manifesté sa solidarité avec le député d’extrême droite : « Tiens bon », lui a-t-il lancé sur Twitter.

La Cour suprême est plus que jamais la cible privilégiée du pouvoir à l’approche des élections, une cour qu’un autre fils du président, Eduardo Bolsonaro, avait suggérer de fermer, purement et simplement.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles