Brésil: la Cour des comptes enquête sur l’achat de 50000 comprimés de Viagra pour l’armée

·1 min de lecture

Au Brésil, la Cour des comptes enquête sur l’achat de 50 000 comprimés de citrate de sildénafil, à savoir du Viagra, pour le compte de l’armée. Ces achats hors du commun auraient été surfacturés.

Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

C’est un député du parti socialiste brésilien qui a d’abord interpellé le ministère de la Défense au sujet de la commande de 50 000 comprimés de Viagra destinés à lutter contre les troubles de l’érection. L’armée a confirmé, mais s’est rapidement justifiée, en disant que ce médicament servait à « combattre l'hypertension artérielle et des maladies rhumatologiques ».

Ce député a également repéré l’achat de 60 implants péniens, soit des prothèses en silicone de 10 à 25 centimètres, pour le compte de l’armée. Certains de ces achats auraient été surfacturés à plus de 140%, ce qui a attiré l’attention de la Cour des comptes. Face aux réactions parfois moqueuses de l’opinion publique, le président Jair Bolsonaro, lui-même un ancien capitaine de l’armée, a fustigé « la presse de mauvaise foi, qui ne sait pas de quoi elle parle ».

Quant au vice-président, le général Hamilton Mourão, âgé de 68 ans, il a réagi en disant : « Un petit vieux comme moi, je pourrais pas avoir de Viagra ? » Avant de demander : « Qu’est-ce que représente 35 000 comprimés de Viagra par rapport aux 110 000 petits vieux, retraités de l’armée ? »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles