Brésil: une contestation des résultats qui s’essouffle et une transition qui débute

AP - Eraldo Peres

La contestation des résultats de l'élection présidentielle au Brésil perd de l'ampleur. Quelques barrages routiers persistaient jeudi 3 novembre, mais nettement moins que les jours précédents. Et les manifestants bolsonaristes réclamant une intervention de l'armée n'étaient plus qu'une poignée devant des casernes militaires. Alors que le silence de Jair Bolsonaro après le vote de dimanche laissait craindre un possible rejet des résultats, la transition est désormais engagée. Le vice-président élu s'est rendu à Brasilia jeudi pour entamer le travail avec l'administration sortante.

Geraldo Alckmin est l'homme que Lula a chargé d'assurer la coordination de la transition avec l'administration de Jair Bolsonaro. Son futur vice-président s'est donc rendu à Brasilia, ce jeudi, pour entamer le travail avec les équipes du chef de l'État sortant en poste encore jusqu'au 1er janvier. Et il s'est dit très satisfait de la teneur des réunions qu'il a eues.

Rencontres

Geraldo Alckmin a d'abord rencontré le rapporteur du budget 2023 au Sénat pour évoquer la mise en place de promesses de campagne du candidat vainqueur dans un contexte budgétaire contraint. Puis le futur vice-président a été reçu au palais présidentiel, par le chef de cabinet de Jair Bolsonaro tout d'abord, puis finalement par le président sortant en personne.

« Transition harmonieuse »

À écouter aussi: Quels sont les défis économiques que Lula devra relever?


Lire la suite sur RFI