Brésil: Bolsonaro va quitter l'hôpital

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Jair Bolsonaro
    Président de la République fédérative du Brésil

Le président brésilien Jair Bolsonaro, 66 ans, a annoncé tôt mercredi qu'il avait été autorisé par ses médecins à quitter l'hôpital, deux jours après son admission à Sao Paulo en urgence pour de nouvelles violentes douleurs intestinales.

"Autorisation de sortie maintenant", a tweeté le chef d'Etat en postant une photo où il est encore alité, entouré de ses quatre médecins, tous le pouce levé comme lui, sans préciser si sa sortie de l'hôpital Vila Nova Star avait déjà eu lieu.

Vêtu d'un maillot d'une équipe de football, il est le seul à ne pas de porter de masque sur la photo.

La présidence a annoncé peu après ce tweet que M. Bolsonaro donnerait une conférence de presse à l'hôpital.

Le président s'est remis de la sub-occlusion intestinale pour laquelle il a dû être hospitalisé en urgence avant l'aube lundi, avaient annoncé mardi ses médecins, précisant qu'il n'aurait pas à subir une nouvelle intervention chirurgicale à l'abdomen.

Depuis l'attentat à l'arme blanche dont il a été victime en septembre 2018, en pleine campagne électorale pour la présidentielle, Jair Bolsonaro a subi une succession d'alertes et quatre opérations de l'intestin.

Selon le dernier bulletin publié par l'hôpital Vila Nova Star mardi soir, M. Bolsonaro "a évolué avec une bonne acceptation du régime liquide qui lui a été proposé pendant la journée, ce qui a conduit au retrait de la sonde naso-gastrique".

À neuf mois de l'élection présidentielle, le chef de l'Etat d'extrême droite avait dû quitter dans la nuit de dimanche à lundi son lieu de vacances dans l'Etat méridional et balnéaire de Santa Catarina en raison de fortes douleurs abdominales.

- "Séquelles" -

En juillet il avait déjà été hospitalisé pour une affection similaire.

"Malheureusement, il va devoir subir des séquelles de cet attentat jusqu'à la fin de sa vie, non seulement physiques, mais aussi psychologiques", a déclaré mardi dans un entretien à CNN Brasil son fils aîné, le sénateur Flavio Bolsonaro.

Le président d'extrême droite avait été très critiqué lors des fêtes de fin d'année pour s'être affiché en jet-ski ou dans un parc d'attraction à Santa Catarina plutôt que de se rendre dans l'Etat de Bahia (nord-est), sinistré par de terribles inondations.

Ce sont finalement ses douleurs abdominales qui l'ont fait écourter ses vacances famliliales à la mer.

A neuf mois de la présidentielle où il veut se représenter, Jair Bolsonaro a vu sa cote de popularité chuter ses derniers mois, notamment en raison de son déni face à l'ampleur de la pandémie de Covid-19, dans un pays où le virus a tué près de 620.000 personnes.

Les Brésiliens sont également affectés par une situation économique qui ne cesse de se détériorer, avec une inflation galopante et des prévisions de croissance pessimistes pour 2022.

Les derniers sondages donnent M. Bolsonaro largement battu au scrutin d'octobre par l'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, qui pourrait même l'emporter dès le premier tour.

pt-lg/ial/

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles