Brésil: le président Bolsonaro bientôt sous enquête pour sa gestion de la pandémie

·2 min de lecture

Au Brésil, le bilan du Covid-19 a encore atteint un nouveau record jeudi 8 avril : 4 250 morts. La polémique rebondit sur le terrain politique avec la mise en place d’une commission parlementaire pour enquêter sur l’action du gouvernement pendant la crise sanitaire. Une décision qui place le président Jair Bolsonaro dos au mur.

Plusieurs sénateurs d’opposition avaient déjà exigé une enquête contre le gouvernement depuis longtemps. Mais le président de la Chambre haute jugeait que le moment n’était pas opportun. Rodrigo Pacheco, un allié modéré du président Bolsonaro, s’est finalement plié à la volonté d’un juge de la Cour suprême, rapporte notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard.

Cette commission parlementaire d’enquête va se pencher sur la gestion de la pandémie par le gouvernement. Dès la semaine prochaine, elle va tenter de déterminer les responsabilités dans une crise qui a coûté la vie à quelque 345 000 personnes. C'est le deuxième bilan le plus lourd au monde après celui des États-Unis.

Bolsonaro « génocidaire », selon Lula

Il est notamment reproché à l’ancien ministre de la Santé, le général Pazuello, d’avoir envoyé des comprimés de chloroquine en Amazonie – un médicament qui n’est pas efficace contre le Covid-19 – alors que les hôpitaux de Manaus manquaient d’oxygène. L'enquête devra porter notamment sur « les actions et omissions du gouvernement fédéral [...], en particulier face à l'aggravation de la crise sanitaire dans l'État d'Amazonas, après le manque d'oxygène pour les patients hospitalisés », a précisé Luis Roberto Barroso, magistrat de la Cour suprême.

À lire aussi : « Manaus est devenue la capitale mondiale du Covid-19 »

Mais la principale cible sera surtout Jair Bolsonaro, tenu comme « génocidaire » par l’ancien président Lula et par nombre de ses opposants. Le chef de l'État va maintenant passer sous le crible des sénateurs.

À lire aussi : Brésil: des centaines de banquiers et économistes attaquent Bolsonaro pour sa gestion du Covid-19