Brésil: alors que le coronavirus se propage, vers un déconfinement à la carte?

Au Brésil, le coronavirus se propage toujours à grande vitesse. Le pays qui est considéré aujourd’hui comme le principal foyer du Covid-19 dans le monde, compte plus de 29 000 décès et plus d’un demi-million de cas confirmés. Mais le nombre de personnes atteintes par le Covid-19 est bien supérieur aux chiffres officiels.

Il faut dire que les mesures de restrictions mises en place par les gouverneurs sont de moins en moins respectées, à commencer par le président Jair Bolsonaro que ne cesse de prendre des bains de foule. C’est devenu une habitude: depuis plusieurs semaines, le président d’extrême droite participe à des manifestations organisées tous les dimanches par ses sympathisants à Brasilia.

Hier encore, bravant toutes les consignes de normes sanitaires et de distanciation sociale, il a rejoint la foule qui réclamait la fin des mesures de confinement, la fermeture du Congrès et une intervention militaire. Sans masque, Jair Bolsonaro a porté deux enfants sur ses épaules avant de monter sur un cheval de la police, sous les applaudissements de ses partisans.

Plus de la moitié des cas confirmés en Amérique latine

Ses partisans ont affronté dimanche 31 mai des militants anti-Bolsonaro, à Sao Paulo, l’épicentre de l’épidémie au Brésil. La capitale économique a entamé ce lundi 1er juin un retour à la normale. Des commerces pourront rouvrir à condition de respecter un protocole sanitaire très stricte. Dans d’autres grandes villes, comme à Rio de Janeiro, les restrictions ne sont pas encore levées.

À défaut d’une directive nationale, c’est donc un déconfinement à la carte qui se dessine, et ce, alors que les nouvelles infections continuent à augmenter. En nombre de morts, le Brésil est devenu le quatrième pays le plus touché par le Covid-19. Il recense, à lui tout seul, plus de la moitié des cas confirmés en Amérique latine.