Brésil: accusé de corruption, le maire de Rio, Marcelo Crivella, arrêté

·1 min de lecture

Quelques jours avant la fin de son mandat, le maire de Rio de Janeiro a été arrêté, ce 22 décembre. Marcelo Crivella, battu au second tour des élections municipales du mois de novembre, est accusé d’être à la tête d’un vaste système de corruption, une information qui plonge un peu plus la ville dans une crise politique.

De notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

Après le gouverneur de l’État de Rio destitué en août pour corruption, c’est au tour de Marcelo Crivella, neuf jours avant la fin de son mandat. Le maire de Rio, ancien pasteur évangélique, se dit victime de « persécution politique ». « Mon gouvernement est celui qui a le plus lutté contre la corruption à Rio », a déclaré ce mardi 22 décembre au matin le maire sortant, lors de son arrestation à son domicile.

Celui qui avait été soutenu par le président brésilien lors des dernières élections municipales, est accusé d’être à la tête d’un vaste système de corruption au sein de la mairie de Rio, surnommé par les enquêteurs de « QG des pots-de-vin ».

Des proches arrêtés

Lors de l’opération, plusieurs de ses proches ont été arrêtés, notamment l’homme d’affaires Rafael Alves, frère de l’ancien président de l’agence municipale de tourisme, et soupçonné d’être le cerveau du système.

En moins de quatre ans, cinq anciens gouverneurs ont eu des démêlés avec la justice, et quatre ont fait de la prison. Le futur maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, qui avait déjà dirigé la ville de 2009 à 2016, prendra le relais le 1er janvier et assure que la transition est déjà entamée.

► À lire aussi : Brésil: Rio la fêtarde se choisit un maire puritain