Brésil: à Porto Alegre, le difficile retour à la maison des naufragés des inondations

Le Sud du Brésil fait face à des inondations sans précédent. Plus de 150 personnes sont mortes, et près de 540 000 ont dû fuir leur logement à cause de la montée des eaux. L'État du Rio Grande do Sul, a été particulièrement atteint et, deux semaines après le début des inondations, on est loin encore du retour à la normale.

À Porto Alegre, capitale du Rio Grande do Sul, certains quartiers restent toujours sans accès à l’eau ni à l’électricité, plongés dans le noir et isolés. Parfois des habitants, qui ont refusé d’être évacués, se sont réfugiés dans des étages en hauteur.

Le niveau de l’eau reste impressionnant à certains endroits de la ville, comme dans le centre historique, où il avoisine toujours les cinq mètres à l’intérieur du marché municipal. Cette eau stagnante marron a une odeur très forte, car elle charrie égouts et déchets. À la surface flottent des poissons morts, des frigos, des poupées, raconte notre envoyée spéciale, Sarah Cozzolino.

Assurer la sécurité

Quand les habitants ont dû quitter leurs maisons, les pillages ont commencé dans la ville. Aussi la sécurité est-elle l’une des principales préoccupations aujourd’hui.

La police municipale patrouille pour dissuader les voleurs, mais les habitants et commerçants s’organisent aussi entre eux. Ils forment parfois des milices armées et font des rondes en barque, de jour comme de nuit.

Il s'agit surtout de faire acte de présence, car les bâtiments ou maisons abandonnés sont très rapidement pillés par les voleurs. Il y a quelques jours, un entrepôt plein d’affaires volées a ainsi été découvert par la police, avec à l'intérieur des appareils d'électroménager, des vêtements, de la nourriture…

À quand la décrue ?


Lire la suite sur RFI