Boxing Day : le grand raout britannique du shopping n'aura pas lieu

Par Julie Malaure
·1 min de lecture
Londres, désertée pour Boxing Day, le jour du lancement des soldes, mis à plat par le Covid-19 et le confinement. 
Londres, désertée pour Boxing Day, le jour du lancement des soldes, mis à plat par le Covid-19 et le confinement.

« Normally, it?s crazy ! » s?étonne Irina, un panier de shopping presque vide à la main. On croise la jeune femme le 24 décembre dans l?épicerie de luxe Fortnum & Mason, le seul magasin ouvert sur Piccadilly Street. La célèbre adresse a négocié un « entre-deux » sur trois étages, qui lui permet de vendre un peu de vaisselle au milieu de produits dits « essentiels », c?est-à-dire alimentaires. Out cette année la folie consumériste des Britanniques. Regent et Piccadilly Street, les grandes artères commerciales de Londres, traditionnellement bondées de monde à cette période, sont d'un vide sidéral. Même le Boxing Day, le lancement en fanfares des soldes, incontournable institution, n'aura pas lieu.

Regent Street, Londres, Boxing Day ©  Axel Malaure pour Le Point
Regent Street, Londres, Boxing Day © Axel Malaure pour Le Point

Regent Street, Londres, Boxing Day © Axel Malaure pour Le Point

Célébrée le 26 décembre, au lendemain de Noël, cette fête, qui était sous l'ère victorienne le jour de repos du petit personnel de l'aristocratie, s'est muée en « journée des cadeaux », les maîtres leur offrant des « boîtes » contenant des présents. Un siècle et demi plus tard, les administrations sont fermées, le service du transport public est réduit au strict minimum ? voire nul en province ; la Saint-Etienne s'est transformée en grand-messe commerciale au c?ur de Londres. Les grands magasins, comme Selfridges, les chaînes de vente de vêtements, comme Primark ou Topshop, annoncent des rabais faramineux. Certaines enseignes avancent même leurs horaires d'ouverture, comme Next, qui démarre généralement [...] Lire la suite