Boxe: la Zambienne Lolita Muzeya s’attaque au monde de Savannah Marshall

·2 min de lecture

Lolita Muzeya affronte Savannah Marshall, ce 16 octobre 2021 à Newcastle (Angleterre), pour la ceinture WBO des poids moyens. En cas de succès, la Zambienne deviendra la quatrième Africaine championne du monde au sein d’une des quatre grandes fédérations de boxe professionnelle (IBF, WBA, WBC, WBO).

On peut avoir disputé tous ses combats en Afrique, exclusivement face à des adversaires africaines, et prendre part à un championnat du monde de boxe professionnel. Lolita Muzeya, 30 ans, en est un exemple exceptionnel. Ce 16 octobre 2021 à Newcastle, cette Zambienne, invaincue en 16 affrontements pros, défie Savannah Marshall pour la ceinture WBO des poids moyens. Un titre que la star britannique, 10 victoires pour 0 défaite, détient depuis octobre 2020.

« Savannah Marshall est une grande championne, reconnaît Lolita Muzeya lors d’une conférence de presse organisée par la société Boxxer. J’ai regardé ses précédents combats. C’est une bonne boxeuse. Mais elle n’a jamais affronté quelqu’un comme moi. Il n’y a qu’une seule Lolita ».

Quatrième Africaine championne du monde ?

De fait, la native de Mwinilunga (Nord-Ouest de la Zambie) a un parcours atypique. Elle a disputé les trois quarts de ses combats en Zambie et affronté essentiellement des pugilistes d’Afrique australe (Malawi, Zimbabwe, etc.) et d’Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie). Ce qui ne l’a pas empêché de décrocher une première distinction en 2016, la ceinture silver de la WBC, chez les poids welters. C’était à Harare.

Cette fois, c’est en Angleterre, dans une Utilita Arena de 11.000 places pleine, que la jeune femme va montrer ce qu’elle sait faire. « Je suis heureuse d’être là, lance-t-elle. C’est une grande opportunité pour moi ».

En cas de succès, Lolita Muzeya peut devenir la quatrième Africaine championne du monde au sein d'une des quatre grandes fédérations de boxe pro (IBF, WBA, WBC, WBO) après sa compatriote Catherine Phiri, la Kényane Fatima Zarika et la Sud-Africaine Noni Tenge. Être reine à son tour est une perspective qui fait rêver la Zambienne. « Ça représenterait énormément, glisse celle qui a connu une longue pause dans sa carrière, en 2019 et 2020. Ça changerait ma vie. C’est pour ça que je suis venue jusqu’ici : faire de mon mieux et gagner ».

« Vous pouvez la frapper avec un évier mais elle continuera à avancer »

Les médias britanniques accordent visiblement peu de chance à celle qu'ont surnomme « The Black Diamond », puisqu’ils évoquent d’ores et déjà un possible combat d’unification entre Savannah Marshalll et la superstar américaine Claressa Shields, qui détient les ceintures IBF, WBA et WBC des middleweight.

Pour autant, Marshall préfère rester humble et prudente face à une rivale qu’elle connaît forcément peu. « C'est la boxeuse africaine typique, dure, qui vient pour gagner, estimait-elle toutefois dans le magazine The Ring. On a l'impression que vous pouvez la frapper avec l'évier de la cuisine mais qu'elle continuera à avancer ».

Lors de la conférence de presse, celle qui a été championne du monde amateurs 2012 et qui a remporté plusieurs autres médailles internationales a assuré : « Je m’attends vraiment à un combat difficile. Je serais stupide de la négliger. Lolita n’a jamais connu la défaite ». La victoire de la Zambienne, samedi soir à Newcastle, serait une des plus grosses surprises de l’année, en boxe féminine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles