Boxe: Ngannou fera "de loin" plus d’argent face à Fury que lors de toute sa carrière UFC

Beaucoup avaient moqué son choix, jugé comme peu intelligent. Francis Ngannou avait-il fait l’erreur de sa vie en refusant "le plus gros contrat de l’histoire pour un lourd" (dixit Dana White) à l’UFC? Allait-il vraiment pouvoir dégoter un lucratif combat de boxe contre une des stars du noble art? Quelques mois après son départ de l’UFC, où il détenait la ceinture des lourds, le Camerounais a répondu à toutes ces questions. Et les critiques vont pouvoir manger leur chapeau.

>> Retrouvez le meilleur des sports de combat avec les offres RMC Sport

Après avoir signé un contrat qui répondait à ses attentes avec l’organisation PFL, engagement qui lui offre un salaire XXL mais également des parts dans la compagnie, une place au conseil de direction, le poste de président du futur PFL Afrique, la liberté d’avoir ses propres sponsors et de faire un tour sur un ring de boxe mais aussi la garantie d’une bourse minimum (à deux millions de dollars) pour ses futurs adversaires en MMA, "The Predator" a rempli l’autre part de son plan en négociant un choc de rêve entre les cordes face au champion du monde WBC des lourds, Tyson Fury.

L’affaire aura lieu le 28 octobre à Riyad, en Arabie Saoudite, et promet à Ngannou le chèque de sa vie. Si on n’en connaît pas encore le montant exact, le constat est clair : il sera supérieur à tout ce que le Camerounais avait gagné… lors de ses quatorze combats à l’UFC (dont trois pour un titre) réunis dont trois pour un titre! Interrogé sur ce point dans l’émission The MMA Hour, son manager a répondu par l’affirmative: "Oh mon Dieu, oui. De loin. Plusieurs fois, même!"

Et Marquel Martin de compléter dans un sourire: "On va dire que le sac d’argent est tellement gros qu’il pourrait le faire tomber en allant à la banque! C’est quelque chose qui change votre vie. C’est ce que nous avions imaginé et visualité donc nous sommes très heureux." Selon Martin, même le gros contrat proposé par l’UFC avant son départ en janvier – qui incluait un choc contre la légende Jon Jones – ne pouvait pas rivaliser et n’aurait pas atteint le même montant sur sa totalité. "Pour s’approcher de ce genre de somme là-bas, même en étant champion, il aurait dû combattre beaucoup de fois."

Avant son retour en MMA en 2024, Ngannou (qui n'a plus combattu depuis sa victoire sur Ciryl Gane à l'UFC en janvier 2022) va donc pouvoir se tester en boxe face à Fury, aux côtés de qui il était apparu sur le ring de Wembley après la victoire du "Gypsy King" sur Dillian Whyte en avril 2022, ce qui ne manquera pas d'énerver l'UFC qui avait récemment ouvert la porte via Dana White à un choc entre Fury et son champion des lourds Jones. Pour un vrai combat ou une exhibition? Alors que tout semblait pencher vers la seconde solution, plus que logique quand un champion du monde affronte un "débutant", les dernières informations vont plutôt vers la première.

Martin explique que la chose se fera dans les règles traditionnelles de la boxe, sur dix rounds de trois minutes. S’il ne peut pas encore dire si le choc sera officiellement considéré comme un combat professionnel ou comme une exhibition, l’état d’esprit n’est pas du tout celui d’une balade de santé. "C’est un vrai combat, enfonce le représentant du Camerounais. On ne signe pas pour aller s’amuser." Au point de voir le clan de l’ancien champion UFC espérer voir la ceinture WBC de Fury être mise en jeu!

Non classé par cette organisation, une des quatre principales du monde de la boxe, Ngannou n’est pas éligible à combattre pour ce titre. Mais on ne serait plus à une dinguerie près dans un noble art qui ne colle pas toujours à son adjectif… "On a l’intention de parler à la WBC pour obtenir une licence de leur part, explique Martin. Et on aura peut-être l’opportunité d’avoir la ceinture en jeu. C’est de son côté que ça va se jouer. De notre côté, on espère avoir ces conversations et faire tout en notre pouvoir pour que ça arrive. On veut que ce combat soit officiellement sur le bilan professionnel de Fury." Pour le bilan comptable de Ngannou, aucun doute, il aura une belle place.

Article original publié sur RMC Sport