Bousculade mortelle à Séoul : le chef de la police estime la réponse policière "insuffisante"

Un groupe de policiers dans une rue du quartier de Itaewon à Séoul, en Corée du Sud, dans la nuit du 29 au 30 octobre 2022. - ALBERT RETIEF / AFP

Le chef de la police sud-coréenne a déclaré mardi que les forces de l'ordre avaient reçu de multiples signalements de danger imminent avant la bousculade mortelle de Halloween dimanche à Séoul, mais que leur réponse avait été "insuffisante".

Au moins 156 personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été blessées ce samedi soir dans une bousculade dans le centre de Séoul. Des dizaines de milliers de fêtards, pour la plupart très jeunes, célébraient Halloween pour la première fois après la pandémie, lorsque ce drame s'est produit.

La police savait "qu'une foule importante s'était réunie avant même que se produise l'accident, signalant un danger de manière urgente", a estimé le chef de la police nationale Yoon Hee-keun, jugeant "insuffisante" la manière avec laquelle ces informations avaient été traitées.

La police pointée du doigt

Environ 100.000 personnes étaient attendues, mais en raison du caractère non officiel de l'événement, ni la police ni les autorités locales n'ont géré la foule de manière active.

La police a expliqué avoir déployé 137 agents à Itaewon pour Halloween, alors que 6500 officiers de police étaient mobilisés pour une autre manifestation dans la capitale sud-coréenne à laquelle n'ont participé que 25.000 personnes, selon les médias locaux.

Très rapidement, les autorités sud-coréennes ont été pointées du doigt pour le drame. Sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs ont accusé la police d'avoir complètement omis de contrôler la foule, laissant un trop grand nombre de personnes se masser autour de la station de métro Itaewon et dans les ruelles où s'est produite la bousculade mortelle.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Bousculade à Séoul : le deuil et la controverse suite à la mort de 154 personnes