Bousculade mortelle à Séoul : "Il faut sensibiliser aux dangers de la foule, comme on le fait de la noyade ou de la route"

JUNG YEON-JE / AFP

Spécialiste des mouvements de foule et chercheur à l'Institut Max-Planck de Berlin, Mehdi Moussaïd répond aux questions de Sciences et Avenir, après le mouvement de panique à Séoul qui a fait 154 morts.

154 personnes ont été tuées dans le quartier d'Itaewon à Séoul dans un mouvement de foule qui a tourné à la catastrophe. Des dizaines de milliers de personnes y étaient rassemblées à l'occasion de la célébration d'Halloween. Les victimes de la catastrophe étaient originaires de plus d'une dizaine de pays, de l'Australie au Vietnam en passant par la France, les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Le drame rappelle combien "la foule est dangereuse", ainsi que l'explique à Sciences et Avenir le chercheur Mehdi Moussaïd, spécialiste dans le comportement des foules à l'Institut Max-Planck de Berlin. (Mehdi Moussaïd anime aussi "Fouloscopie", une chaîne YouTube sur laquelle il vulgarise les données scientifiques sur la foule.)

"Un flux bidirectionnel est de nature à accroître les effets de foule"

Sciences et Avenir : Quel est le paramètre clé qui précipite une catastrophe comme celle de Séoul ?

Mehdi Moussaïd : L'encombrement, c'est-à-dire le nombre d'individus rassemblés sur une superficie donnée. A partir de 6 personnes par mètre carré, la situation devient très désagréable. A 8, 9 ou 10, on atteint un niveau de compression qui fait que les personnes sont écrasées les unes contre les autres, et ne peuvent plus respirer.

Le drame s'est joué dans une rue de quatre mètres de large sur 40 mètres de long.

D'après les images, les personnes y circulaient dans les deux sens : un flux bidirectionnel est de nature à accroître les effets de foule. C'est ce que les organisateurs d'un événement - comme un concert - s'efforcent d'éviter, en créant des couloirs de circulation qui vont vers la scène, vers les toilettes, etc. Malheureusement, ce type d'approche est difficile à mettre en place dans un environnement urbain comme celui dont nous parlons : il y a des bars, des restaurants partout. Impossible de privilégier la circulation vers tel ou tel endroit.

Ce phénomène de foule meurtrière en Corée du Sud est-il comparable à d'autres épisodes passés ?

En 2006, une bousculade géante à La [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi