Bousculade mortelle à Séoul : le chef de la police coréenne juge que le dispositif policier a été inapproprié

© Igor Ivanov/TASS/Sipa USA/SIPA

Samedi soir, la Corée du Sud a été touchée par un terrible drame. Au moins 156 personnes sont mortes durant la célébration d'Halloween, à la suite d'une bousculade dans le centre de la capitale, où plusieurs dizaines de milliers de personnes, pour la plupart très jeunes, étaient rassemblées pour les festivités. Alors que le gouvernement coréen a décrété plusieurs jours de deuil national, les premiers éléments de l’enquête ont permis de découvrir plusieurs manquements de la part des autorités. Le chef de la police nationale coréenne, Yoon Hee-keun, a lui-même jugé « insuffisante » la réaction policière.

Lire aussi - La Corée du Sud propose un plan d’aide pour dénucléariser le Nord

Il a reconnu que la police locale avait été mise au courant du grand rassemblement de personnes et que, malgré « un danger imminent », les effectifs déployés n’avaient pas été suffisants. L’agence de presse sud-coréenne News1 a notamment publié des retranscriptions d’appels passés par la population : « Il y a trop de gens ici en train d'être poussés, piétinés, blessés. C'est chaotique. Vous devez contrôler ça », réclamait déjà une personne près de deux heures avant le début de la bousculade.

Le caractère non officiel de l’événement avait amené les autorités locales à ne déployer que 137 agents, et ce, malgré les milliers de personnes présentes dans les rues du quartier d'Itaewon, où a eu lieu la bousculade.

Les politiques présentent leurs excuses

Ce drame, l’un des plus meurtriers de l’histoire sud-...


Lire la suite sur LeJDD