Les Bourses misent toujours sur la relance en attendant l'emploi US

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes progressent vendredi à mi-séance, les investisseurs continuant de privilégier les espoirs d'une reprise économique après la victoire démocrate au Sénat américain en attendant les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis. D'après les contrats à terme, Wall Street pourrait gagner au moins 0,3% après les records inscrits la veille par les trois grands indices.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,53% à 5.700,02 vers 11h45 GMT et à Londres, le FTSE grappille 0,05%.

À Francfort, le Dax prend 0,78%, évoluant à un plus haut historique, porté par la hausse d'Infineon et l'augmentation plus forte que prévu de la production industrielle et des exportations en novembre.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 monte de 0,62%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,65% et le Stoxx 600 de 0,63%.

"Les investisseurs achètent la fin d'une administration erratique de Donald Trump et se réjouissent d'une présidence Biden et de la perspective de mesures d'aide économique plus importantes", a déclaré François Savary, directeur des investissements chez Prime Partners.

Les marchés profitent aussi d'une bonne nouvelle sur le front sanitaire: le vaccin Pfizer-BioNTech est efficace contre les variants du coronavirus découverts au Royaume-Uni et en Afrique du Sud d'après une étude de laboratoire menée par le groupe américain.

La séance à Wall Street sera animée par la publication, à 13h30 GMT, du rapport mensuel du département du Travail sur l'emploi aux Etats-Unis.

Le consensus Reuters table sur un net ralentissement des créations de postes à 71.000 en décembre, un pessimisme alimenté par l'annonce par le cabinet ADP de destructions de postes en fin d'année, une première en huit mois, et par la baisse surprise des inscriptions au chômage la semaine dernière.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Le fabricant américain de puces Micron Technology avance de 2% dans les échanges en avant-Bourse ce qui pourrait lui permettre d'ouvrir à un plus haut de 20 ans après avoir fait état jeudi soir d'une prévision de chiffre d'affaires au-dessus des attentes pour le deuxième trimestre.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, le secteur des semi-conducteurs profite des bons résultats du coréen Samsung Electronics, du chiffre d'affaires préliminaire supérieur aux prévisions de STMicro (+3,40%) et des prévisions de Micron.

Soitec prend 1,89% et les allemands Infineon et Dialog Semiconductor gagnent respectivement 6,33% et 2,25%. L'indice Stoxx de la technologie est en hausse de 2,48%.

En tête du CAC 40, on retrouve le groupe parapétrolier TechnipFMC (+4,72%) après l'annonce de la reprise du processus de scission de ses activités en deux entités, interrompu en mars avec la crise sanitaire.

Plus forte progression du Stoxx 600, Sodexo grimpe de 8,80% après avoir relevé son objectif de marge d'exploitation semestrielle.

Le titre BioNTech (+8,59%) a vu ses gains s'accélérer après l'annonce par la Commission européenne du doublement de sa commande de vaccins élaborés avec Pfizer.

En repli, Credit Suisse lâche 2,75% après avoir averti d'une perte nette au quatrième trimestre et Commerzbank recule de 2,56% après avoir annoncé une charge de dépréciation de 1,5 milliard d'euros et une hausse des provisions pour risques.

TAUX/CHANGES

Le rendement des Treasuries à 10 ans revient à 1,0847% après être monté à plus de 1,1%, au plus haut depuis près de dix mois, les derniers indicateurs américains ayant encore renforcé la perspective d'une hausse des dépenses budgétaires.

En Europe, le rendement à dix ans allemand recule légèrement, autour de -0,523%.

Sur le marché des changes, le dollar grappille 0,07% contre un panier de devises de référence et l'euro cède 0,19% à 1,2247 dollar.

Le bitcoin poursuit son envolée et a inscrit un record à 41.530 dollars (+4,24%).

PÉTROLE

Les cours pétroliers restent proches de leurs récents plus hauts de 11 mois, toujours soutenus par la décision de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, de réduire sa production sur les deux prochains mois.

Le Brent gagne 1,36% à 55,12 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,16% à 51,42 dollars.

L'un et l'autre se dirigent vers une hausse hebdomadaire de plus de 6%, leur neuvième performance positive en dix semaines.

(édité par)