La Bourse de Paris évolue sans grand changement

La Bourse de Paris avançait avec parcimonie mercredi, les investisseurs portant désormais leur attention sur des indicateurs macroéconomiques et les résultats d'entreprises à venir après avoir digéré plus tôt l'annonce d'un statu quo monétaire de la Banque du Japon.

L'indice vedette CAC 40 grappillait 0,10% à 7.084,35 points vers 10H45 après cinq séances consécutives dans le vert.

"Les marchés se tournent vers les ventes au détail aux Etats-Unis et les intervenants de la Réserve fédérale américaine à Davos attendus plus tard au cours de la séance", observe Neil Wilson, analyste de Markets.com.

Plus tôt, la Banque du Japon a maintenu ses taux directeurs et sa politique de contrôle de la courbe des taux.

Les spéculations sur un prochain resserrement monétaire avaient été pourtant ravivées depuis décembre quand la BoJ avait relevé par surprise à 0,5% le plafond des rendements obligataires japonais à 10 ans qu'elle tolère.

Pour beaucoup d'observateurs, le changement de cap de la BoJ n'est que partie remise, alors que son gouverneur Haruhiko Kuroda achèvera début avril son deuxième et dernier mandat.

"Maintenant nous avons un marché qui pense une chose et la BoJ qui dit et agit différemment pour l'heure", observe Neil Wilson.

L'attention va se porter désormais sur l'indice des prix à la production et les ventes au détail aux Etats-Unis attendus dans l'après-midi, des données importantes pour estimer l'évolution et l'impact de l'inflation dans un contexte d'optimisme économique grandissant pour les prochains trimestres.

"La bonne nouvelle, c'est que les prix à la production sont prévus en baisse en décembre", ce qui "confirmerait que les pressions inflationnistes se réduisent outre-Atlantique", note Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomique chez Saxo Banque.

Au Royaume-Uni, l'inflation a ralenti à 10,5% sur un an en décembre contre 10,7% en novembre mais reste à des niveaux historiquement très élevés, alimentant une crise du coût de la vie dans le pays.

Fnac Darty en vrac

L'action du distributeur dégringolait de 5,96% à 34,38 euros vers 10H25 après que le groupe a revu à la baisse ses attentes en matière de trésorerie, son principal objectif financier, en évoquant une fin d'année 2022 difficile à cause de la baisse de pouvoir d'achat des ménages, avec un "recul des ventes" sur la période cruciale de décembre.

Nouvelle année de baisse des ventes pour le groupe Renault

Le titre du groupe automobile, meilleure progression du CAC 40 cette année, gagnait 0,83% à 38,34 euros. Ses ventes ont connu une quatrième année consécutive de baisse en 2022, plongeant de 5,9% l'an dernier et dépassant de peu les deux millions de véhicules vendus. Le portefeuille de commandes du groupe en Europe reste à un niveau "record" de 3,5 mois de ventes, au 31 décembre 2022, en raison des problèmes de transport des véhicules neufs.

Du mieux chez Pierre & Vacances

L'action grimpait de 5,89% à 1,33 euro vers 10H40. Le numéro un européen des résidences de loisirs, a indiqué se concentrer sur "la maîtrise de ses coûts" dans une période "incertaine", et publié un chiffre d'affaires en amélioration sur un an et conforme à ses objectifs, au premier trimestre de son exercice décalé 2022/23.

Euronext CAC40

pan/mdz/de