Les Bourses européennes démarrent le mois de mai du bon pied

par Laetitia Volga
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À L'OUVERTURE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en hausse lundi dans la matinée, poursuivant sur l'élan positif du mois dernier, toujours soutenues par l'optimisme quant aux perspectives économiques.

À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,58% à 6.305,92 points vers 07h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,72%.

Les marchés britanniques sont fermés, la journée étant fériée au Royaume-Uni.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,69%, le FTSEurofirst 300 de 0,53% et le Stoxx 600 de 0,46%.

En dépit d'une séance négative vendredi, l'indice paneuropéen Stoxx 600 a enregistré son troisième mois consécutif de hausse en avril (+1,8%), les investisseurs continuant de miser sur une reprise de l'économie.

La France a d'ailleurs entamé ce lundi la première étape de son déconfinement progressif en levant les limitations de déplacement sur son territoire.

Les investisseurs surveilleront cette semaine plusieurs indicateurs avec en point d'orgue le rapport sur l'emploi américain, qui sera publié vendredi. Mais avant cela, ils suivront ce lundi la publication des chiffres définitifs des PMI manufacturiers en attendant l'ISM du secteur aux Etats-Unis à 14h00 GMT.

A surveiller aussi, l'intervention du président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, à 18h20 GMT lors d'une conférence de la National Community Reinvestment Coalition. Ses propos seront suivis de près après les déclarations de Robert Kaplan, le président de l'antenne de Dallas de la Réserve fédérale, qui a dit vendredi vouloir ouvrir le débat sur une diminution des achats d'obligations de la Fed.

Dans un entretien à la Repubblica publié lundi, le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE) estime de son côté que l'institution pourra commencer à sortir du soutien monétaire exceptionnel lorsque le niveau des vaccinations contre le COVID-19 aura atteint un niveau critique en Europe et que le rebond économique dans la région accélérera.

VALEURS

En Bourse, les publications trimestrielles de grandes sociétés se font rare et les variations restent logiquement limitées.

A Paris, DBV Technologies cède 3,97%, plus forte baisse du SBF 120, après ses résultats du premier trimestre, marqués par une réduction de la perte nette sur un an mais aussi une "baisse importante de la trésorerie liée au financement du plan de restructuration", a déclaré Portzamparc dans une note, passant de "renforcer" à "alléger".

A l'inverse, Genfit grimpe de 4,54% après avoir annoncé le lancement par son partenaire Labcorp d'un nouveau test diagnostic non-invasif de la NASH aux Etats-Unis et au Canada.

En tête du Stoxx 600, Lufthansa gagne 3%, son président du directoire ayant déclaré que la compagnie allemande et Eurowings avaient pour objectif de proposer des vols vers plus de 100 destinations cet été.

L'opérateur de télécommunications néerlandais KPN perd 3,66% après avoir annoncé le rejet de deux offres de rachat "non sollicitées".

WALL STREET

Les futures sur les grands indices américains signalent une hausse de 0,4% à 0,6% lundi après le repli observé en fin de semaine dernière dans le sillage des valeurs technologiques.

L'indice Dow Jones a cédé 0,54% à 33.874,85 points, le S&P-500 a perdu 0,72% à 4.181,26 points et le Nasdaq Composite a reculé de 0,85% à 13.962,68 points.

Aux valeurs, Apple a perdu 1,51% et Alphabet a cédé 1,64%, tous deux victimes de prises de bénéfices en dépit de résultats jugés encourageants publiés dans la semaine.

Sur le mois d'avril, le S&P 500 a pris plus de 5,2%, le Dow Jones plus de 2,7% et le Nasdaq autour de 5,4%.

EN ASIE

Les échanges sont restés limités en Asie où les marchés d'actions étaient fermés au Japon et en Chine.

TAUX/CHANGES

Les rendements obligataires de référence de la zone euro sont en légère baisse, à -0,201% pour le Bund allemand à dix ans et 0,155% pour son équivalent français.

Le dix ans américain, lui, est pratiquement stable à 1,6259%..

L'indice mesurant les fluctuations du dollar par rapport à un panier de référence est inchangé tandis que l'euro gagne plus de 0,1%, autour de 1,203 dollar.

PÉTROLE

Le pétrole recule légèrement, la baisse de la demande en Inde à la suite d'une deuxième vague épidémique contrebalançant l'optimisme quant à un fort rebond de la demande dans les pays développés et en Chine au second semestre de l'année.

Le baril de Brent cède 0,12% à 66,68 dollars et le brut léger américain perd 0,09% à 63,52 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)