Les bourses maintenues en juillet pour les étudiants avec un examen ou concours à passer

Paul Guyonnet
À l'image de ces distributions alimentaires rendues indispensables, la précarité étudiante s'est aggravée avec l'épidémie de coronavirus. 

CORONAVIRUS - Un contexte exceptionnel qui fait des dégâts. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la question de la précarité étudiante a régulièrement été évoquée. En effet, les petits boulots se sont raréfiés avec le confinement et les années ont été prolongées. 

Alors pour tenter de pallier les difficultés rencontrés par les élèves de l’enseignement supérieur, plusieurs dispositifs ont été mis en place, dont le dernier a été annoncé ce vendredi 5 juin. 

Comme l’a expliqué la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal dans un communiqué, les bourses accordées sur critères sociaux seront ainsi prolongées jusqu’en juillet pour les étudiants qui ont encore un concours ou un examen à passer. 

Il n’y aura aucune démarche à faire pour les concernés, a précisé le ministère, qui ajoute que 30 millions d’euros seront consacrés à ce geste. Les bourses accordées sur critères sociaux avaient déjà été garanties à leurs bénéficiaires au début du confinement, et ce sans contrôle d’assiduité ni avoir par exemple à répondre à certaines obligations (comme de réaliser un stage). 

Dans son communiqué, Frédérique Vidal rappelle en outre que plusieurs mesures ont déjà été prises face à la précarité étudiante, forcément aggravée par l’épidémie de coronavirus. Une prime de 200 euros a par exemple été donnée aux étudiants ayant perdu un stage ou un emploi à cause de la crise, ainsi qu’aux ultramarins restés en métropole. Dix millions d’euros d’aide d’urgence (pour les besoins informatiques par exemple, des chèques alimentaires, et une facilitation du départ de résidence étudiante ont également été accordés. 

À...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post