Bourses, aides ponctuelles, logements : que propose aujourd'hui le Crous aux étudiants précaires ?

franceinfo

Près d'une semaine après son immolation par le feu, Anas K., 22 ans, était toujours entre la vie et la mort, mercredi 13 novembre. Dans un message mis en ligne avant sa tentative de suicide, l'étudiant de l'université Lyon-2 présentait son geste comme un moyen de dénoncer son statut précaire (et celui de ses camarades) et de pointer le rôle du Crous, l'organisation chargée de distribuer les aides et les logements destinés aux étudiants. Des mots d'ordre repris, depuis, dans de nombreux rassemblements de jeunes partout en France.

>> "J'ai un euro par jour pour manger" : trois étudiants témoignent de leur grande précarité

Dans son texte, Anas K. explique qu'il bénéficiait jusqu'à l'année scolaire dernière d'une bourse de 450 euros mensuels – "Est-ce suffisant pour vivre ?" s'interroge-t-il. Depuis la rentrée, il n'y avait plus droit, en raison de son deuxième redoublement consécutif. Plusieurs de ses proches ont expliqué qu'il avait aussi dû quitter son logement étudiant et qu'il partageait son temps entre le domicile de sa compagne et celui de ses parents. Il avait demandé une aide ponctuelle, qui lui avait été refusée.

Alors que les manifestants réclament un soutien plus important pour les étudiants (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi