La Bourse de Paris repart de l'avant

·3 min de lecture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris, à La Défense, le 21 novembre 2019 (AFP/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris rebondissait de 0,89% à l'ouverture mardi, après trois baisses successives, guidée par l'impulsion en deuxième partie de séance des marchés américains lundi.

L'indice CAC 40 progressait de 63,07 points à 7.178,84 points peu avant 09H20. La veille, il avait terminé en repli de 1,44%.

"On a la confirmation du retour de la volatilité. Le lundi est généralement assez calme avec peu d'information ou d'indicateurs et pourtant il y a eu des mouvements impressionnants des indices américains", explique Christian Parisot, du courtier Aurel BGC.

L'indice technologique Nasdaq, qui a plongé de près de 3% en séance, a finalement terminé de peu dans le vert (+0,05%).

"Les investisseurs sont nerveux, il y a des anticipations qui s'opposent, mais le +market mover+ [élément déterminant pour la tendance] reste le marché obligataire américain" poursuit l'économiste.

Les rendements obligataires américains à échéance 10 ans sont montés en séance jusqu'à 1,80% lundi, un plus haut en deux ans, avant de s'assagir à 1,76%.

Ces taux se sont tendus ces dernières semaines avec les craintes liées à l'impact économique du variant Omicron et à l'attitude plus combative face à l'inflation de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui s'apprête à relever les taux au printemps.

Désormais dans les salles de marché, "beaucoup prévoient quatre hausses des taux de la Fed en 2022 au lieu de trois. Le rendement américain à deux ans continue de grimper", observe également Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

L'audition du président de la Fed Jerome Powell devant le Sénat en fin de séance parisienne, "est un des éléments qui explique la nervosité des investisseurs", selon M. Parisot.

Il va promettre "d'empêcher l'inflation de s'enraciner", selon un discours préparé à l'avance et diffusé lundi sur le site de la Fed, sans plus de détail.

Capgemini et Hermès au rebond

Les positions sur l'indice CAC 40 étaient inversées par rapport à la veille, avec les valeurs technologiques et du luxe au premier plan.

Capgimini montait de 3,06% à 200,60 euros, aidé en plus par une recommandation d'analystes. Dassault Systèmes rebondissait de 2,34% à 47,72 euros.

Pour le luxe, poids lourd de la cote, Kering gagnait 2,20% à 710,40 euros, Hermès 2,37% à 1.406,50 euros et LVMH 1,76% à 715,30 euros.

Les commandes d'Airbus en deçà de l'avant-crise

L'avionneur a livré 611 avions et eu 507 commandes nettes en 2021, selon son bilan annuel, soit près d'un tiers inférieur à son niveau d'avant-crise. Lundi, le loueur américain d'avions Azorra, nouveau client, a commandé 22 monocouloirs moyen-courrier A220, dont deux en version "affaires".

Le titre reculait de 0,07% à 117,92 euros dans les premiers échanges. Les valeurs industrielles, bancaires ou du transport, qui ont réalisé de meilleures performances lors des dernières séances, étaient dans l'ensemble plus en retrait mardi.

Euronext CAC40

fs/els/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles