La Bourse de Paris perd 2,41%, lestée par la propagation du Coronavirus

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018

Paris (AFP) - La Bourse de Paris a débuté en fort recul jeudi (-2,41%), lestée par la propagation du coronavirus à de plus en plus de pays et les annonces des conséquences néfastes de l'épidémie sur les entreprises.

A 09H30, l'indice CAC 40 s'enfonçait de 137,03 points à 5.547,52 points. La veille, il avait réussi à finir à l'équilibre ("0,09%).

"Hier, les marchés européens ont essayé de se stabiliser après un début de séance très baissier" mais ce matin la pression à la baisse est de retour et "les points de vue de l'OMS", de tous les grands organismes de ce type "ou encore de l'Institut Pasteur en France et des autorités nationales de manière générale sont les informations à privilégier actuellement", a estimé Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"En absolu, le nombre de contaminations reste faible en dehors de Chine et le nombre de victimes de l'épidémie de coronavirus sont négligeables comparé à celui de n'importe quelle grippe saisonnière. Mais celle-ci n'impose pas de fermer des usines et de mettre l'activité économique à l'arrêt. Si les foyers d'infection se multiplient sur la planète, le coût économique de cette future probable pandémie devrait rapidement s'envoler", a-t-il complété.

Le nouveau coronavirus a débarqué plus au sud, en Amérique latine, qui n'avait pas encore été touchée par l'épidémie, en y entrant par le Brésil.

Le Pakistan, pays frontalier à la fois de la Chine et de l'Iran, où les décès sont les plus nombreux, a également annoncé mercredi ses deux premiers cas. En Europe, Autriche, Suisse, Norvège, Roumanie, Croatie, Macédoine du Nord, Grèce et Danemark sont désormais touchés en plus de l'Italie et de la France. Celle-ci a annoncé mercredi son premier mort français qui n'avait pas voyagé dans une zone à risque.

Le Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, une quarantaine de nations. Mais l'épidémie semble avoir atteint un pic en Chine où le nombre de décès quotidiens continue de diminuer.

Sur le terrain des valeurs, Engie prenait la tête de l'indice CAC 40 avec un gain de 1,34% à 15,64 euros, profitant d'une performance opérationnelle en hausse, portée notamment par l'amélioration du nucléaire en Belgique ou encore les renouvelables.

Carrefour montait également ("0,75% à 16,08 euros) après être repassé au vert en 2019, essentiellement grâce à la plus-value de cession de ses activités en Chine, finalisée à 80% fin septembre.

Safran baissait par contre de 1,85% à 132,30 euros alors que le groupe s'attend à subir en 2020 les répercussions de la crise du Boeing 737 MAX.

TechnipFMC plongeait de 5,18% à 14,48 euros après s'être encore enfoncé dans le rouge l'an dernier, en raison de lourdes dépréciations.

Fnac Darty décollait de 6,58% à 42,44 euros, porté par le maintien de ses ventes, même si le groupe a annoncé un bénéfice net 2019 en baisse de 30%.

SoLocal Group décollait de 13,07% à 0,45 euro alors que le groupe qui édite les sites PagesJaunes et Mappy a poursuivi peu à peu son redressement en cours d'année 2019 et a renoué avec les bénéfices.