Les bourreaux de Typhaine condamnés à 30 ans de prison

Le verdict a été accueilli dans le silence. Anne-Sophie Faucheur, 26 ans et Nicolas Willot, 27 ans, ont été condamnés vendredi par la Cour d'Assises du Nord à 30 ans de réclusion criminelle, assortis d'une peine de sûreté de 20 ans, pour le meurtre de la petite Typhaine, décédée en juin 2009.

Une peine qui correspond aux souhaits de l'avocat général. Ce dernier avait souligné, lors de son réquisitoire, que la mère et le beau-père de la fillette de cinq ans avaient signé "un pacte maudit pour la souffrance de cette gamine, le bouc émissaire dont il faut se débarrasser", rendant sa mort " inévitable ".

Les avocats des deux accusés avaient, de leur côté, exigé une sanction juste. Me Blandine Lejeune, qui défend la mère de Typhaine, avait reconnu que sa cliente était un " monstre ", expliquant cependant que derrière cette façade se cachait aussi un " visage humain " et " un coeur de femme ".Manipulation médiatiqueAnne-Sophie Faucheur avait signalé la disparition de sa fille le 18 juin 2009, affirmant que celle-ci avait disparu en plein centre-ville de Maubeuge (Nord). Une semaine plus tard, elle lançait avec son compagnon, Nicolas Willot, un appel à témoins à la télévision. " C'est tous les jours qu'elle est dans nos têtes. C'est tous les jours qu'elle nous manque. Et c'est tous les jours qu'on se demande si on va avoir de bonnes nouvelles ", avait-elle notamment déclaré. Lors d'une garde-à-vue le 12 décembre 2009, ils avaient finalement avoué que Typhaine était morte sous les coups suite à une " punition trop violente ".

Retrouvez cet article sur elle.fr

Disparition Typhaine : la mère sort de son silence
Le corps de Typhaine bientôt retrouvé ?
Le corps d'un enfant exhumé : celui de la petite Typhaine ?
Affaire Typhaine : l'identification prendra du temps

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.