Boulot-dodo : tout ce que vous ne pourrez plus faire avec un couvre-feu à 18 heures

·2 min de lecture

Mardi 29 décembre, Olivier Véran a annoncé l’instauration éventuelle d’un couvre-feu dans quatre régions de l’Est de la France à partir du 2 janvier pour freiner la progression du virus. Pour les habitants concernés, c'est un peu de lien social encore en moins.

21 heures mi-octobre, puis 20 heures deux mois plus tard, et désormais 18 heures dans certaines régions : le couvre-feu instauré pour lutter contre la propagation du Covid-19 n'en finit pas de commencer de plus en plus tôt. Dans son dernier avis rendu public mardi 29 décembre, le conseil scientifique juge "probable" la reprise "incontrôlée de l’épidémie" : c'est pour cette raison que le couvre-feu pourrait débuter à 18 heures dans 20 départements de quatre régions, dans lesquelles la situation est particulièrement problématique: le Grand-Est, la Bourgogne Franche-Comté, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Alpes-Maritimes, et ce dès la fin de semaine. Un horaire très restrictif, qui oblige les résidents des départements concernés à revoir leurs habitudes - et pour beaucoup, à ne sortir que pour aller travailler.Se balader après sa journée de (télé)travailClaire Morizot, 25 ans, surveillante dans un collège, qui vit à Cossaye (Nièvre) considère qu’avec un couvre-feu à 18h, "on ne va plus pouvoir vivre". "Moi, en ce qui me concerne, je prends à 7h45 et je finis à 17h, avec 15/20 minutes de route, je vais aller au travail et rentrer directement…". Son principal regret : ne pas pouvoir se balader après sa journée de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Accord commercial sur le Brexit : feu vert des 27 à une application au 1er janvier"J’ai volé le feu aux dieux pour allumer l’Apocalypse de l’Occident" : le (presque) vrai testament de Michel FoucaultAustralie, Californie : comment les méga-feux de 2020 risquent de se multiplier à l'avenir"Je suis là parce que je meurs à petit feu" : les restaurateurs se mobilisent encore contre l'incertitude"A Lyon, un mystérieux feu d'artifice agace la mairie"