Bouleau-Coudray : « Le 20 heures, c’est un phare dans la nuit du bobard »

·1 min de lecture
Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau dans les locaux de TF1.
Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau dans les locaux de TF1.

Il y a peu, on ne donnait pas cher de la peau du 20 heures. Ce grand raout qui avait rythmé la vie de millions de Français était, selon les experts, en état de mort cérébrale. La faute des chaînes d'info, des réseaux sociaux, des applications, aux hommes-femmes troncs trop « normaux » par rapport à leurs prédécesseurs et à une structure familiale divisée. La crise du Covid a rebattu les cartes et refait du JT un moment essentiel où se retrouvent parents et enfants pour faire le point sur l?épidémie. Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray qui pilotent le rendez-vous phare de TF1 affichent des performances insolentes et dignes du temps d?avant : 6,6 millions de téléspectateurs quotidiens cette saison (le meilleur score depuis huit ans).

Pour comprendre le regain de forme de l?un des derniers programmes fédérateurs ? avec la météo ?, nous avons réuni les deux présentateurs, qui animent ce 14 Juillet la traditionnelle émission de la une consacrée au défilé. Complices, blagueurs, mais solides sur leurs bases, Coudray et Bouleau nous détaillent leur vision de l?information et d?un JT qui doit rendre service aux téléspectateurs.

Le Point : Vous allez animer la grande émission de TF1 sur le 14 Juillet. Après une saison intense aux commandes du 20 heures, c?est un peu votre récréation?

Anne-Claire Coudray : Cette émission nous sort d?un journal qui est très contraint avec des lancements compris entre 15 et 23 secondes (rires). Dans le JT, nous sommes très disciplinés [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles