Boulangerie : produire son pain, du champ au fournil

À Vierzon (Cher), Dominique Feur fabrique un pain de boulanger, mais aussi un pain de paysan. La différence réside dans les matières premières utilisées, qu'il produit lui-même. Pour semer ses blés, Dominique Feur passe de la tenue blanche de boulanger à la tenue verte d'agriculture : du fournil au champ. "Ce sont des moments particuliers, où on engage l'année puisque ce sont les semis. C'est le moment rare et précieux", confie le boulanger-paysan. Il moud ce qu'il récolte Ses sacs de grains, avec son nom écrit dessus, sont rangés sur la remorque de son tracteur, qui appartient à un voisin agriculteur. Ils proviennent de sa dernière récolte. On les appelle des semences paysannes. "On ressème d'année en année ce qu'on a récolté, ce qui nous permet d'être complètement autonome en termes de semences", explique Dominique Feur. Seigle, froment, épeautre... il moud lui-même tout ce qu'il récolte, dans son propre moulin. Sa farine bio ne nécessite aucun agent conservateur ou anti-agglomérant, car elle est utilisée dans la semaine ou dans les quinze jours.