Bouches-du-Rhône : une infirmière soupçonnée d'une vaste escroquerie à la Sécu

Source AFP
·1 min de lecture
À l’issue de sa garde à vue, le couple a été remis en liberté.

La suspecte et son mari auraient floué l'Assurance maladie de plus de 1,3 million d'euros grâce à de fausses factures, selon les autorités.

Une infirmière et son mari ont été placés en garde à vue, mardi 1er décembre 2020 à Marseille (Bouches-du-Rhône), soupçonnés d'avoir escroqué l'Assurance maladie de plus de 1,3 million d'euros à l'aide de fausses factures, a-t-on appris auprès de la procureure de la République. L'enquête du groupe interministériel de recherches (GIR) de Marseille et de l'Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) a mis en lumière au terme d'une enquête de plusieurs mois « une fraude massive se caractérisant par des faux », a détaillé la procureure Dominique Laurens dans un communiqué.

L'infirmière libérale et son mari sont notamment soupçonnés d'avoir facturé des actes non réalisés et écrit « de fausses ordonnances usurpant le nom, la qualité et le cachet de plusieurs médecins » selon le parquet. Plusieurs caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) sur l'ensemble du territoire national ont été victimes de l'escroquerie selon Dominique Laurens.

230 000 euros saisis

À l'issue de sa garde à vue, le couple a été remis en liberté. « Dans le même temps, les enquêteurs et le parquet de Marseille ont procédé à la saisie d'un véhicule et de plus de 230 000 euros sur les comptes bancaires des mis en cause », a indiqué la procureure.

En janvier 2018, des peines de deux ans de prison, dont un ferme, ont été infligées à Lyon à une infirmière libérale et une sage-femme qui avaient escroqué 630 000 euros à la Sécurité sociale entre 2009 et 2014.

Ce contenu peut également vous intéresser :