Boubacar Keïta, l'un des fils de l'ancien président IBK, quitte le Mali

·2 min de lecture

Boubacar Keïta, l’un des fils de l’ancien président malien quasiment assigné à résidence depuis le coup d’État du 18 août dernier qui a renversé son père, a quitté, mardi 9 février, le Mali de son propre gré. L’intervention du vice-président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a été déterminante pour trouver une issue à l’affaire.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

D’après nos informations, c’est une lettre datée du 3 février signée de la main du colonel Assimi Goïta, vice-président de la transition, et adressée à Boubacar Keïta, qui a permis de mettre fin à ce que ce dernier appelait sa « privation de liberté ».

La missive, que RFI a pu consulter, rappelle que le fils de l’ancien président malien affirme être retenu contre son gré dans la résidence paternelle. « Vous aviez pu comprendre, poursuit la même missive, que cela aurait un rapport avec votre propre sécurité ».

Le numéro 2 de la transition – et véritable homme fort du moment au Mali – affirme, dans le même courrier, prendre acte de ce que le fils de l’ancien président IBK accepte de recouvrer toute sa liberté de mouvement à condition de ne pas tenir les autorités de transition responsables de sa sécurité.

Une fois la lettre en poche, Boubacar Keïta a pris un vol ce mardi pour Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Sur place, il a retrouvé son épouse et ses enfants, mais également son frère Karim, parti discrètement du pays peu après le coup d’État du 18 août dernier.

Lors du règne de leur père, Boubacar était moins visible sur la scène que Karim, mais il avait également du poids sur la scène publique. À ce jour, les autorités de transition n’ont engagé aucune poursuite judiciaire contre eux.