Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

1 / 2

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

Après avoir levé l'interdiction de chasser l'éléphant, les autorités du Botswana ont tiré lundi la sonnette d'alarme à propos de la forte recrudescence des cas de braconnage visant leurs rhinocéros sauvages, dont près de 10% de la population a disparu au cours de l'année écoulée.
    
Au moins 46 d'entre eux ont été tués depuis avril dernier pour leurs cornes dans la seule réserve de Moremi, a déclaré le directeur adjoint du ministère en charge de la vie sauvage, Moemi Batshabang.

"Le braconnage a augmenté dans des proportions inquiétantes dans ce secteur", a ajouté Moemi Batshabang.

Extinction des rhinocéros au Botswana d'ici un an ? 

S'il accueille la plus importante population d'éléphants au monde, le Botswana ne recense plus aujourd'hui sur son territoire qu'un faible nombre de rhinocéros - blancs ou noirs - évalué entre 400 et 500 spécimens, selon ses statistiques.La plupart ont élu domicile dans le célèbre delta de la rivière Okavango, où se trouve la réserve de Moremi.
    
Les autorités du pays d'Afrique australe redoutent qu'au rythme actuel de la chasse illégale, leur population de rhinocéros soit entièrement rayée de la carte d'ici 2021.

Leurs cornes se vendent (très) cher au marché noir

Comme dans le reste du continent, le braconnage se nourrit de la forte demande pour leurs cornes, composées de kératine comme les ongles humains, issue de la Chine et du Vietnam notamment, où la médecine traditionnelle leur...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi