Borsalino (W9) - Comment Alain Delon a piégé Jean-Paul Belmondo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
MARIANNE FILM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Été 1968, Saint-Tropez. En plein tournage de La Piscine, Alain Delon exulte : entre les prises, le comédien dévore le livre Bandits à Marseille, écrit par le journaliste Eugène Saccomano, qui retrace l’itinéraire criminel de deux gangsters, Carbone et Spirito, dans le Marseille des années 30. Enfin, il a trouvé l’occasion de se mesurer à Belmondo à l’écran, "le seul à qui Delon reconnaissait une égalité de vedettariat", se souvient Jean-Claude Carrière, qui sera chargé de ciseler une partition pour deux solistes. Anecdote savoureuse : le personnage qu’incarne alors Delon dans La Piscine s’appelle… Jean-Paul ! Les deux plus grandes stars du cinéma tricolore s’étaient croisées à l’écran, en 1957, dans Sois belle et tais-toi ! et en 1965, dans Paris brûle-t-il ?. Jamais les frères lumière n’ont partagé le haut de l’affiche.

À lire également

Plein Soleil (TMC) - Pourquoi Marie Laforêt détestait Alain Delon

Belmondo se souvient : "Réticent, j’ai changé d’avis à la lecture du scénario écrit par Jean-Claude Carrière, sur un script de Jean Cau et Claude Sautet." Parce que Delon est le producteur, et que l’on n’est jamais trop prudent, Bébel exige, par contrat, que leurs noms soient à égalit...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles