Borne brandit la menace d'une dissolution de l'Assemblée : l'exécutif va-t-il sauter le pas ?

À l'Assemblée nationale, la journée pourrait être encore une fois agitée. Après un jour de repos, les travaux reprennent ce mercredi après-midi à l’Assemblée nationale pour une séance publique toujours consacrée au budget. Le gouvernement pourrait encore dégainer le 49.3 , ce qui devrait donner lieu à de nouvelles motions de censure . Si les oppositions renversent le gouvernement, l’exécutif continue d’agiter la menace de la dissolution. Après Emmanuel Macron , Élisabeth Borne l’a évoqué pour la première fois publiquement en marge d’un voyage à Lisbonne, ce week-end : "Revenir aux urnes peut être un chemin", a déclaré la Première ministre. Le président peut-il vraiment passer des paroles aux actes ?

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Faut-il dissoudre l'Assemblée nationale ?

Cela reste très peu probable car dissoudre l’Assemblée reviendrait à organiser de nouvelles élections législatives. Or, dans le camp macroniste, tous ou presque pensent perdre la majorité. Il y a donc une grande part de bluff dans cette menace de dissolution. Elle s’adresse surtout aux Républicains (LR), les seuls capables de renverser le gouvernement en s’alliant à la Nupes et au Rassemblement national (RN).

Retourner aux urnes n'est pas forcément une bonne idée pour tous

Cependant, les LR, eux aussi, n’ont pas intérêt à retourner aux urnes. Ils ne bougeront pas dans l’immédiat, alors que le flou va régner dans le parti au moins encore pendant un mois, jusqu’à la désignation du ...


Lire la suite sur Europe1