Brexit: Boris Johnson contrarié, le Parlement vote l'amendement Letwin

Le HuffPost avec AFP

BREXIT - Un véritable camouflet. Boris Johnson a eu beau appeler ce samedi 19 octobre les députés à adopter sans délai l’accord de Brexit conclu entre Londres et Bruxelles, rien n’y a fait. Cette séance historique du Parlement réuni pour un vote qui s’annonçait très serré, à 12 jours seulement de la date prévue de sortie de l’Union européenne a accouché d’une nouvelle crise.

L’accord de Brexit est une “nouvelle manière d’aller de l’avant” pour le Royaume-Uni et l’UE, avait pourtant plaidé le premier ministre britannique dans une ambiance électrique, vantant cet accord comme “la meilleure solution possible” et redisant son opposition à un nouveau report “inutile, coûteux et profondément destructeur pour la confiance du public”.

Johnson assure qu’il ne “négociera pas de report avec l’UE”

Problème, un nouvel obstacle s’est érigé sur le chemin déjà tortueux de la mise en oeuvre du Brexit: soutenu par l’opposition et des députés rebelles exclus du Parti conservateur, l’amendement Letwin, suspendant tout feu vert du Parlement en attendant l’adoption de la loi d’application de l’accord, a été adopté ce samedi dans l’après-midi.

Résultat, le vote sur l’accord de Brexit défendu par le premier ministre, censé se tenir ce samedi, est reporté. Pire pour le premier ministre, ce dernier est désormais contraint de demander une nouvelle prolongation pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, initialement prévue le 31 octobre. Même s’il a assuré dans la foulée qu’il ne “négociera pas de report avec l’UE”, regrettant au passage que le vote historique prévu ce samedi sur son accord de divorce avec Bruxelles soit désormais” vidé de son sens”. 

Les auteurs de l’amendement Letwin, adopté à 322 voix contre 306, avaient deux objectifs. D’une part, éviter un “no deal” au cas où les députés n’auraient pas le temps de traduire l’accord dans la loi d’ici au 31 octobre. D’autre part, éviter un coup bas des partisans d’un Brexit dur, qui auraient pu être tentés d’approuver l’accord...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post