Boris Johnson dépêche son ministre du Brexit à Bruxelles pour d'ultimes discussions

LExpress.fr
Steve Barclay va rencontrer vendredi le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, pour faire le point à l'issue d'une "semaine de négociations techniques".

Ce sont les discussions de la dernière chance. Boris Johnson dépêche son ministre du Brexit vendredi à Bruxelles. Alors que les deux parties semblaient mardi se préparer à un échec, Steve Barclay va rencontrer le négociateur en chef de l'Union européenne (UE) Michel Barnier pour faire le point à l'issue d'une "semaine de négociations techniques", a déclaré ce mercredi Downing Street.  

Initialement prévu jeudi, cet entretien a été reporté à vendredi, a indiqué ce mercredi à l'AFP une source européenne proche des discussions. La réunion aura maintenant lieu "vendredi matin" et ce sera "un petit déjeuner", a annoncé cette source.  

LIRE AUSSI >> Brexit : Boris Johnson exclut de nouveau un report, Macron propose un bilan en fin de semaine 

L'UE a donné jusqu'à la fin de la semaine au gouvernement britannique pour lui présenter un compromis acceptable et arriver à une séparation à l'amiable le 31 octobre, plus de trois ans après la victoire du "leave" au référendum. Faute d'accord, le Royaume-Uni se prépare à un "no deal" potentiellement ravageur pour son économie, à moins que Boris Johnson ne soit contraint par son Parlement à un troisième report. 

"Je pense qu'un accord est possible, très difficile mais possible", a déclaré Michel Barnier sur la chaîne britannique de télévision Sky News. "L'UE va rester calme, vigilante, respectueuse et constructive", a ajouté l'ancien ministre des Affaires étrangères français. 

Le casse-tête de la frontière irlandaise

Depuis le début de la semaine, les négociations ont lieu sur la base d'un projet présenté la semaine dernière par Boris Johnson pour tenter de résoudre le casse-tête de la frontière irlandaise et rejeté en l'état par les Européens. 

LIRE AUSSI >> Brexit : le plan de Boris Johnson pour l'Irlande 

L'enjeu est d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord, une province britannique, et la République d'Irlande, un État membre de l'UE, et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violen...Lire la suite sur L'Express.fr

Boris Johnson dépêche son ministre du Brexit à Bruxelles pour d'ultimes discussions

Boris Johnson accusé de conflit d'intérêts : la femme d'affaires nie tout favoritisme

Brexit : le plan de Boris Johnson pour l'Irlande

Brexit : Boris Johnson veut suspendre le Parlement de mardi au 14 octobre