Boris Becker, comment est-il passé de la gloire au déshonneur ?

·1 min de lecture

Ce dimanche 22 novembre, Boris Becker ne sera pas à la fête, lui qui pourtant souffle ce jour-là sa cinquante troisième bougie. Empêtré dans des fraudes fiscales à la pelle, l'ancien grand champion de tennis et ancien numéro 1 mondial, n'aura assurément pas le coeur à rigoler. Lui qui ces derniers temps est dans l'oeil du cyclone de la justice. Comment cet Allemand massif et charismatique, détenteur de 6 tournois du Grand Chelem, devenu à l'orée des années 1980 le tout premier germanique de l'histoire à briller sur les courts de tennis du monde entier, en est-il arrivé à faire la une des faits divers ?

Oui comment Boum Boum, qui tapait dans la petite balle jaune comme une brute (à une époque où ça ne se faisait pas encore... aujourd'hui si) et était la coqueluche de son sport, a-t-il cédé aux sirènes de l'argent facile et des petites combines ? Petit flash back. Nous sommes à la toute fin des années 1990, le rouquin est une légende. Les medias, les sponsors, les événements mondains se l'arrachent. On le voit partout, on le veut, on accède à ses désirs. Le bonhomme visiblement intouchable est tellement adulé et porté au pinacle qu'il cède aussi à toutes les tentations qui vont avec. Avec lui, c'est sexe, drogue and rock'n'roll. Et jolies pépées.

Elles s’offrent à lui, Boris n’a qu’à se pencher pour les ramasser... Pas du tout du goût de son épouse d'alors, Barbara, qui va être à l'origine de sa descente aux enfers. La belle métisse, mère de deux de ses enfants, demande illico le (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Pas de déconfinement, mais un assouplissement en trois étapes : ce que devrait annoncer Emmanuel Macron ce mardi
Philippe Labro : "L'assassinat de John F. Kennedy a été un vrai tournant dans ma carrière de journaliste"
Derrière l'étoffe des héros (Disney +) : plongée dans les coulisses des prémices de la conquête spatiale américaine
Déconfinement : voici la date à laquelle pourraient rouvrir les commerces "non-essentiels" selon Jean Castex
Soutenez l'UNICEF lors de la Journée mondiale de l'enfance : "Ils sont les victimes des conséquences de cette pandémie"