Borg vs McEnroe (Ciné+ Emotion) Pourquoi le film a-t-il fait pleuré Björn Borg ?

·1 min de lecture

La glace et le feu

La presse surnommait Björn Borg, qui ne montrait jamais le moindre sentiment, « Ice Borg ». L’éruptif John McEnroe, lui, était « le sale gosse ». Le gentleman contre le voyou, c’était accrocheur, mais à côté de la plaque, comme le révèle ce passionnant biopic, bourré d’anecdotes. Le Suédois n’avait en réalité rien de zen et dissimulait un tempérament bien plus volcanique que l’Américain… qui le vénérait en secret !

Une finale d’anthologie

Bienvenue à Wimbledon, le 5 juillet 1980. Peu importe que l’on connaisse le résultat. Quatre heures, cinq sets et un tie-break légendaire, remporté 18-16 par le Suédois ! Un duel de titans inscrit à jamais dans l’histoire du tennis. « Nous avons appris par coeur leurs échanges, au mouvement près, comme si nous répétions une chorégraphie. Comparez le film au vrai match, vous verrez… », se souvient Sverrir Gudnason. On s’y croirait.

Borg au générique

À l’opposé de John, pour qui les films sur le tennis sont tous mauvais (on ne se refait pas !), Björn, lui, s’est rendu disponible. Il a même autorisé son fils, Leo, alors âgé de 14 ans (et futur champion ?), à jouer son propre rôle. « Borg a été bouleversé en découvrant les rushes. Il se reconnaissait en lui. Après la première, il m’a avoué avoir pleuré », confie le réalisateur, Janus Metz.

Borg vs McEnroe : samedi 15 mai à 20h50 sur Ciné+ Emotion

Julien Barcilon

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi