A Bordeaux, les Zemmouriens tentent de relancer la guerre du sapin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Un sapin de verre et d'acier du designer Arnaud Lapierre installé place Pey-Berland, devant la cathédrale Saint-André, le 7 décembre 2021 à Bordeaux (AFP/Philippe LOPEZ)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les zemmouriens ont tenté de relancer la guerre du sapin à Bordeaux, en accusant la Ville d'avoir fait retirer un "vrai" arbre de Noël qu'ils avaient dressé à proximité d'un sapin de verre et d'acier installé par la municipalité.

Le mouvement d'Eric Zemmour Reconquête! en Gironde a dénoncé vendredi dans un communiqué "la bassesse de la mairie de Bordeaux", assurant que mercredi matin "des agents (municipaux) ont pénétré dans la cathédrale (Saint-André) afin de le retirer".

"C'est honteux et très bas d'instrumentaliser Noël pour servir la propagande électorale haineuse d'Eric Zemmour", a réagi Laurent Guillemin, l'adjoint au maire notamment en charge du culte.

Contacté par l'AFP, le diocèse de Bordeaux explique que le sapin a effectivement été retiré de l'entrée de la cathédrale, mais d'un "commun accord" avec la municipalité, après avoir compris que son installation quelques jours plus tôt sur la place Pey-Berland était le fait d'un "groupe politisé".

"On évite que des éléments très politisés soient présents dans des lieux de culte, pour des raisons de neutralité", a justifié l'abbé Samuel Volta, vicaire général du diocèse.

Samedi dernier, Génération Z, le mouvement des jeunes partisans du candidat à l'élection présidentielle Eric Zemmour, s'était vanté sur les réseaux sociaux de l'installation d'un sapin de Noël haut de 3 m sur la place de la cathédrale.

Soit à quelques mètres du sapin de verre de la municipalité de Pierre Hurmic, vertement critiqué il y a un an pour son refus d'installer "un arbre mort" à Noël. "L’idéologie écolo en péril face à l’éternité de nos traditions françaises", avait tweeté Génération Z.

Face à cette occupation "sans autorisation", la municipalité avait demandé que l'arbre soit déplacé. "Un groupe de jeunes a proposé au sacristain de le récupérer, et ne sachant pas de qui il s'agissait, il a accepté, comme on accepte aussi des fleurs, on reçoit souvent des dons", a relaté l'abbé Samuel Volta.

Par la suite, l'Eglise a "jugé bon de ne pas garder le sapin". "Il nous semblait mieux de ne pas jeter de l'huile sur le feu", a souligné le vicaire qui ne souhaitait pas non plus voir l'arbre "gaspillé".

La mairie a fait savoir à l'AFP qu'il avait été donné à une association spécialisée dans l'accueil de migrants.

nal/pjl/pb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles