Bordeaux : la statue de l’esclave Modeste Testas vandalisée

·2 min de lecture
La statue de l’esclave Modeste Testas a été vandalisée. (Photo prise le 10 mai 2019 à Bordeaux lors de l'inauguration de la statue. NICOLAS TUCAT/AFP via Getty Images)

Pour Stéphane Gomot, le conseiller municipal en charge du patrimoine et de la mémoire, il s'agit d'un acte raciste. La mairie va porter plainte.

À Bordeaux, la statue de Modeste Testas, une femme qui avait été achetée comme esclave par deux frères bordelais à la fin du XVIIIe siècle avant d'être déportée à Saint-Domingue, a été à moitié recouverte de peinture blanche, rapporte Sud Ouest. Cette statue de bronze de 1,70 mètre avait été inaugurée au bord de la Garonne le 10 mai 2019 à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition. Elle est l'oeuvre du sculpteur haïtien Wooldy Caymitte, dit Filipo.

La mairie va porter plainte

"C’est un acte raciste qui consiste à repeindre en blanc le visage d’une femme noire et atteint un nouvel extrême. C’est d’une très grande violence, c’est un déni total de la souffrance des personnes esclaves qui ont été déportées et une insulte à leur mémoire. C’est l’une des expressions les plus violentes en termes de négationnisme", a confié Stéphane Gomot, conseiller municipal en charge du patrimoine et de la mémoire. Il a également jugé cet acte comme étant "misogyne" et une "atteinte à une oeuvre." Stéphane Gomot a assuré que la mairie va déposer plainte et se constituer partie civile. L'association Mémoires et partages a également déclaré vouloir porter plainte. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles