Bordeaux: une patrouille de police violemment prise à partie dans un quartier sensible

·1 min de lecture
Véhicule de police (illustration) - AFP
Véhicule de police (illustration) - AFP

Une patrouille de police a été violemment prise à partie dimanche soir à Bordeaux, aux Aubiers, un quartier sensible de la ville, a-t-on appris ce lundi de source policière. Vers 19h45, une voiture de police qui patrouillait dans ce quartier a vu "sa lunette arrière brisée", par un jet de projectile, a relaté cette source.

"Nous avions à faire face à une vingtaine-trentaine de personnes qui ont commencé à harceler les forces de l'ordre avec des jets de projectiles, des tirs de mortiers d'artifice, des objets lancés depuis les coursives d'immeubles, notamment des caddies", a-t-elle précisé.

"Des effectifs ont été engagés en renfort, avec l'intervention de 25 à 30 policiers, pour rétablir le calme", en faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

"C'est quasiment tous les week-ends"

Les incidents ont duré "une peu plus d'une heure, une personne a été interpellée en possession d'une matraque télescopique et placée en garde à vue", selon la même source précisant que ces agressions se sont multipliés récemment.

"C'est quasiment tous les week-ends: on s'en prend aux policiers, on s'en prend aux pompiers, c'est devenu un jeu à Bordeaux de casser du flic, de casser des pompiers", a réagi Eric Marrocq, secrétaire régional du syndicat Alliance.

"Quand les policiers passent, il dérangent des trafics en tous genres", a-t-il ajouté mettant en cause "des individus qui tapent sur les policiers pour faire perdurer le trafic de drogue".

"On les connaît, ils ont déjà eu affaire à la police mais c'est très difficile de les interpeller au moment des violences urbaines. Ils sont très mobiles, souvent cagoulés et nous obligent à intervenir en nombre", a aussi déclaré ce responsable.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles