Bordeaux : une jeune femme accusée d'avoir édité une vingtaine de faux pass sanitaires

·1 min de lecture

Elle souhaitait "rendre service". Une jeune employée d'un vaccinodrome de Bordeaux comparaît ce mercredi. Elle est accusée d'avoir édité une vingtaine de faux pass sanitaires "pour dépanner" une quinzaine de personnes, dont sa famille. Interpellée lundi après le signalement d'un médecin pompier et une enquête de la police judiciaire, elle doit répondre d'"escroqueries par une personne chargée d'une mission de service public et modifications de données résultant d'un accès ou maintien frauduleux dans un système automatique de traitement des données".

24 pass sanitaires pour 16 personnes

Lors de ses auditions, cette jeune femme née en 2000 a déclaré avoir voulu "dépanner son entourage" et ne pas avoir été rémunérée, selon le parquet. Elle a reconnu avoir établi 24 faux pass sanitaires pour 16 bénéficiaires, "des membres de sa famille et famille de ses amis". D'après la même source, elle a aussi reconnu avoir transmis à quatre bénéficiaires cinq faux pass générés par un autre agent contractuel dont elle n'a pas révélé l'identité. L'exploitation de son téléphone a permis de retrouver des cartes vitales et cartes d'identité. Cette jeune contractuelle, embauchée le 1er septembre, n'a pas de casier judiciaire.

L'alerte avait été donnée dimanche par un médecin pompier du centre de vaccination qui avait notamment remarqué des connexions alors que le centre était vide de tout patient. Des certificats au nom de personnes non inscrites sur Doctolib avaient aussi été retrouvés dans la pou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles