Bordeaux: une femme tuée à l'arme blanche par son ex-conjoint

·2 min de lecture
Bordeaux: une femme tuée à l'arme blanche par son ex-conjoint - DENIS CHARLET © 2019 AFP
Bordeaux: une femme tuée à l'arme blanche par son ex-conjoint - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Une femme de 30 ans a été tuée ce vendredi matin à Bordeaux à l'arme blanche par un ex-conjoint connu pour des faits de violences conjugales et qui a été interpellé peu après, a-t-on appris du procureur de la République de Bordeaux.
La victime a été retrouvée sans vie à son domicile de Bordeaux à l'arrivée des secours vers 9h40, a expliqué le procureur, précisant que l'auteur présumé des faits n'était plus au domicile quand les forces de l'ordre s'y sont rendues. Malgré les tentatives du SMUR de réanimer la victime, le décès de celle-ci a rapidement été déclaré, les secours ayant constaté des traces de coups de couteau. Rapidement, les soupçons se portent sur l'ex-conjoint de la victime, né en 1984. Il a été interpellé en fin de matinée à son domicile de Mérignac, à quelques centaines de mètres de celui de la victime, où il s'était retranché et où il a dans un premier temps menacé de se suicider, selon le procureur. Des effectifs de la Sécurité publique et du Raid sont intervenus et aucun blessé n'est à déplorer.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Harcèlement téléphonique

L'ex-compagnon de la victime avait été placé en garde à vue fin juin pour du harcèlement téléphonique visant son ex-conjointe. Il n'avait pas le droit d'entrer en contact avec elle, et devait comparaître devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour y être jugé le 16 novembre 2021. Le procureur de la République précise que son casier judiciaire présente six condamnations pour des infractions à la législation sur les stupéfiants et pour des infractions routières. Il n'avait jamais été condamné pour des faits de violences.

Selon une source policière, la dispute ayant entraîné la mort de la jeune femme portait sur le droit de garde de leur fillette de 4 ans. La victime et son ex-compagnon étaient en cours de séparation depuis le mois de janvier 2021, et elle avait obtenu la garde exclusive de leur enfant.

Le procureur de la République a également précisé la fillette ne se trouvait pas au domicile au moment des faits ce vendredi et a fait l'objet d'une prise en charge psychologique et sociale.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles