Bordeaux : Une enquête ouverte après une triple agression homophobe

Libération.fr
Un autocollant «l'homophobie tue» porté lors d'un rassemblement contre les LGBTphobies le 3 novembre 2018, à Rouen. Photo Charly Triballeau.

Cette enquête fait suite au dépôt d’une plainte contre X à la suite de l’agression de trois personnes devant un bar gay du centre-ville dans la nuit de vendredi à samedi.

Une enquête a été ouverte à Bordeaux après le dépôt d’une plainte contre X à la suite de l’agression de trois personnes devant un bar gay du centre-ville, a-t-on appris dimanche auprès du parquet. «Trois individus ont été agressés à la sortie du bar "le Buster" dans ce qui semblerait être une agression homophobe commise par un groupe de 5 personnes», dans la nuit de vendredi à samedi, a précisé le parquet. «Deux des trois victimes ont déposé plainte et l’une d’elle est actuellement hospitalisée», a ajouté la même source.

A lire aussi » Homophobie : vivre d’amour et de frayeur

L’association LGBT bordelaise Le Girofard a publié sur son compte Facebook des photos d’un homme sur un lit d’hôpital avec des blessures multiples au visage (nez, œil, arcade) et a dénoncé «une multi-agression à caractère homophobe» qui a eu lieu à la fermeture de l’établissement de nuit bordelais. Selon l’association, «il s’agit bien de trois personnes agressées gratuitement».


Augmentation du nombre de plaintes

Sur sa page Facebook, le Buster Bar a parlé d'«acte odieux, lâche et homophobe»: «Nous sommes choqués de constater qu’en 2019, à Bordeaux, on ne peut toujours pas être gay et le vivre ouvertement sans risquer de subir des violences homophobes». Le nombre de plaintes pour actes homophobes a augmenté en France l’an dernier. Selon le ministère de l’Intérieur, 262 plaintes ont été déposées entre janvier et septembre 2018, soit 15% de plus qu’en 2017, une année déjà marquée par l’augmentation des témoignages d’actes haineux. L’on comptait par ailleurs en 2017, 1026 infractions à caractère homophobe et transphobe recensées par la police et la gendarmerie. 

A lire aussi » «La libération de la parole haineuse finit par en autoriser certains à aller casser du pédé»

Le délégué interministériel à la lutte contre le (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Femmes en politique : l’égalité entravée
Projet de loi Blanquer, manif' des auto-écoles, Grammy Awards... L'essentiel de l'actu de ce lundi
Les profs s’initient à de nouvelles façons de protester
Education : vœu de «confiance», bonjour l’ambiance
Casse-tête