A Bordeaux, 300 manifestants pour le climat dont des "gilets jaunes"

Manifestation pour le climat à Bordeaux, le 14 mars 2020

Bordeaux (AFP) - Quelque 300 personnes, dont des "gilets jaunes", ont manifesté samedi à Bordeaux pour le climat, malgré les préconisations des autorités de limiter les rassemblements en lien avec la crise du coronavirus.

La marche, maintenue par les organisateurs locaux en dépit des annulations d'autres rendez-vous de ce type en France, a réuni une grosse centaine de militants de la cause environnementale qui ont reçu le renfort, au moins au départ de la manifestation, d'un contingent un peu plus fourni de "gilets jaunes", la plupart sans leur veste fluo.

Pour respecter "scrupuleusement" les préconisations des autorités sanitaires, les organisateurs ont tenté de former des petits groupes de 80 personnes mais la consigne n'a tenu que quelques minutes avant que le cortège, estimé à 350 personnes par la préfecture, ne forme qu'un bloc, sous encadrement policier.

Les "gilets jaunes" ont toutefois quitté le parcours déclaré de la marche climat pour se diriger vers une grande rue piétonne commerçante, très fréquentée samedi malgré les avertissements des autorités et le contexte épidémiologique. Un "gilet jaune" a été interpellé pour un jet de pétard sur un membre des forces de l'ordre, a précisé la police.

"On avait abandonné l'idée de faire masse mais on a voulu maintenir une marche de militants, d'habitués. Les élections (municipales) ne sont pas annulées, pourquoi nous on annulerait ? Le gouvernement a fait passer son message, on fait passer le nôtre", a indiqué à l'AFP Anne Lagueyte, une organisatrice du collectif "Il Est Encore Temps", portant une pancarte "Mes poumons n'aiment pas le SUV".

Non loin, une autre manifestante brandissait un panneau en carton: "Le climat tue plus que le corona".

Pour Elodie Andria, militante à L-214 et "sensible à la cause climatique", "le coronavirus, on y pense forcément mais si on a peur, on ne sort plus de chez soi. J'ai entendu dire que le virus de la grippe fait plus de morts or ça n'empêche pas les gens de se regrouper en temps normal".

"On respecte les gestes barrières, ça réduit le risque même si ça ne l'élimine pas", a aussi expliqué cette assistante mandataire à Bordeaux. "Je peux concevoir que des gens ont peur mais c'est dommage de s'asseoir sur des causes importantes à cause de ça".