Bordeaux 2019, crus classés du Médoc #1

Par Jacques Dupont et Olivier Bompas
·1 min de lecture
Cos d'Estournel - Grand Cru Classé de Saint-estèphe
Cos d'Estournel - Grand Cru Classé de Saint-estèphe

Drôle d'histoire qui pourrait tourner aux histoires drôles s'il n'y avait ce contexte épidémique. À moins de vivre reclus, il n'aura échappé à personne qu'une partie de la Terre s'est arrêtée de tourner de la mi-mars à la mi-mai. La planète bordelaise n'a pas échappé au phénomène et a dû annuler sa dégustation des primeurs pour la reporter en juin. Ce fut l'occasion de quelques proclamations et découvertes qui relevaient, il faut bien le dire, de l'invention du fil à couper le beurre. Par exemple, celle-ci : les vins se goûtaient mieux en juin qu'en mars. Incroyable ! Donc, quand ces grands crus bénéficient d'un peu plus de temps pour digérer fermentation, macération, écoulage, mise en fût, toutes opérations un peu violentes, ils se dégustent mieux ? Inutile d'avoir fait de longues études d'?nologie pour s'en douter quelque peu. Et même, ajouterons-nous, ils sont encore meilleurs et plus cohérents en septembre quand nous les avons testés?

Certains veulent même faire la révolution, organiser la semaine des primeurs définitivement en juin et pas avant. Mais voilà, les ventes primeurs s'organisent au printemps après les dégustations réservées aux professionnels. Il faut donc un peu de temps. Et en juin, c'est un peu court, car après, c'est l'été juillet et août des mois « vacances » où le commerce, sauf celui du tourisme, est un peu plus ralenti.

Seconde découverte liée à la première, la vente primeur, qui s'essoufflait ces dernières années, s'est formidablemen [...] Lire la suite