"Comme un boomerang !" : quand les enfants convertissent leurs parents à l'écologie

camille Richir

Haro sur la côte de bœuf du dimanche ! Désormais, ce sera lasagnes aux épinards pour tous. Ils sont végétariens, réduisent leurs déchets, s’habillent en seconde main… Plus écologiquement corrects que leurs parents, les jeunes donnent l’exemple. Témoignages.

Quand, à 18 ans, Lola a annoncé à ses parents qu'elle devenait végétarienne, ils ont commencé par rire gentiment. La viande, Lola adore ça. Puis elle leur a tout expliqué : les émissions carbone de l'élevage, la quantité d'eau nécessaire pour produire un kilo de bœuf, la souffrance animale… Un an après, l'adolescente ne consomme toujours pas de viande ni de poisson. C'est du sérieux. Tellement sérieux que son père s'est penché sur le sujet, s'est documenté, puis est devenu lui-même végétarien. Il faut dire que le terrain familial était propice à un changement d'alimentation. La lycéenne le dit elle-même : "On a toujours parlé d'écologie à la maison."

De jeunes initiateurs

Face à l'engagement de leur enfant pour le climat, il y a ceux qui soutiennent, ceux qui maugréent, ceux qui ne comprennent pas vraiment ou ceux qui sont indifférents. Mais souvent les nouveaux comportements des jeunes déteignent sur les parents et les incitent à changer les habitudes au sein du foyer. Chez Jade, 20 ans, le sujet de l'environnement a longtemps été absent de la table familiale. Il y est arrivé après que la jeune femme a quitté le foyer, s'est engagée pour la cause environnementale et a évoqué le sujet lors des week-ends chez sa mère, Laurence. "C'était positif, ça créait un débat à la maison", raconte celle-ci.

Peu à peu, Jade insiste pour que la famille abandonne les bouteilles d'eau en plastique. Laurence consomme de moins en moins de viande, achète plus souvent ses légumes à la ferme du coin et signe des pétitions. Elle écrit parfois à la direction du supermarché local pour signaler des produits suremballés et (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Cinq podcasts pour devenir écolo sans perdre le moral
​Kate Marvel, la super scientifique au secours du climat
Françoise Gaill : "L’océan est notre espoir, notre assurance-vie"
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame