Bons d'achat, livraisons à domicile : les astuces des petits patrons pour survivre malgré le Covid

Les commerçants ont dû se montrer imaginatifs pour survivre malgré le confinement. Image d'illustration.

Depuis le 11 mai, il est de nouveau possible pour le quidam de sortir s’aérer sans avoir à montrer patte blanche et se rendre dans les commerces « non indispensables » fermés durant le confinement. Chômage partiel, report des cotisations, suspension de certaines charges, l’exécutif a annoncé dès l’officialisation de la « crise sanitaire » un panel de mesures en faveur des commerçants. Pour autant, nombreux sont ceux qui risquent de mettre la clef sous la porte et pâtir de nouvelles habitudes prises par leurs clients au cours d’un confinement qui a fait la part belle aux mastodontes de la distribution et du commerce électronique.

Des initiatives citoyennes soutenues par l’État telles que « Sauvons nos commerces », animée par des professionnels de la technologie, proposent aux internautes de financer la trésorerie de leurs boutiques favorites sous la forme de bons d’achat utilisables jusqu’à fin juin 2021. Pour le secteur de la restauration et des cafés, encore touché par les mesures d’éloignement physique entre particuliers, le site « J’aime mon bistrot », qui repose sur le même principe, propose de prépayer son café ou son ballon de rouge. Les soutiens sont nombreux, de la brasserie savoyarde du Mont-Blanc jusqu’au géant Coca-Cola.

"Livraison à domicile à partir de 50 euros"

Cécile Bayaud produit son propre rhum dans la région de Poitiers. Avec une associée, elle gère un bar depuis janvier, La cave Rocinante, qui propose des vins et spiritueux naturels ou issus de l’agriculture biologique. Le loyer a été suspendu après des négociations avec le bailleur privé ; à l’annonce de la fermeture, les échéances ont été reportées par la banque ainsi que les cotisations de l’URSSAF. Pour le reste, il a fallu bricoler, d’autant plus que si le chiffre d’affaires était en hausse et le bar plein tous les soirs, l’affaire souffrait de petits problèmes de trésorerie. «

Lire la suite