Ces bonnes habitudes que 2020 nous a imposées et qu'on ferait bien de garder

Marine Le Breton
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
2020, une année tumultueuse et souvent douloureuse à laquelle nous n'étions pas préparés, mais qui nous a appris sur nous. (Photo: Lena_Datsiuk via Getty Images)
2020, une année tumultueuse et souvent douloureuse à laquelle nous n'étions pas préparés, mais qui nous a appris sur nous. (Photo: Lena_Datsiuk via Getty Images)

PSYCHOLOGIE - Il y a un an, alors que nous entamions 2020 avec pour certains de bonnes résolutions, pour d’autres de projets ou grandes ambitions, qui aurait cru que, douze mois plus tard, cette année aurait été celle que nous avons vécue? Qu’à défaut de voyager, nous serions confinés. Qu’au lieu de partager du temps avec nos proches, nous serions dans la solitude. Qu’à la place de nous rendre au travail, nous ne verrions nos collègues qu’en visio. Que 2020 serait à ce point marquée par le deuil, la maladie, la perte de tous nos repères.

Ce fut une année difficile, et ce n’est qu’un euphémisme. Et alors que 2021 est tout juste entamée, nous n’avons pas encore tourné la page de l’épidémie et devons faire face à des jours, des semaines, sûrement de mois de lutte contre le coronavirus. Mais rien n’est jamais tout noir. Et les moments les plus douloureux d’une existence ne sont pas sans porter des leçons. En ce sens, 2020 n’aura pas fait exception. Elle nous aura imposé certaines bonnes habitudes que nous ferions bien de garder en tête.

Bienveillance envers les autres

Lorsque tout a commencé, la peur de la contamination était proportionnelle à l’inconnu qui nous faisait face et telle que des comportements individualistes ont rapidement émergé. Stigmatisation, recherche de boucs émissaires, individualisme prononcé ont été certaines des premières conséquences de l’émergence en Europe du virus.

Il ne s’agit pas de dire que ces habitudes ont disparu. Mais d’autres ont pris une place importante dans la lutte contre l’épidémie. À commencer par une forme de bienveillance pour autrui. C’é...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.