Bonnes feuilles : « Géopolitique de la jeunesse »

Un tel constat n'est pas neuf : que l'on s'intéresse au rapport des jeunes à la démocratie, à leurs comportements politiques ou aux manières dont ils s'engagent, il est largement partagé (Becquet, 2014 ; Lardeux et Tiberj, 2021 ; Muxel, 2010). Reste que ces réactions ne sont pas sans conséquences : non seulement elles essentialisent des attitudes et des pratiques qui seraient « propres » aux jeunes, laissent croire qu'ils sont avant tout « des citoyens en formation », entretiennent des visions normatives du « bon citoyen » ou « bon militant » ou du « vrai engagement », mais aussi appauvrissent la compréhension de ce qui se trame réellement.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles