Bonne nouvelle face au Covid-19 : nos anticorps sont capables de tuer le virus

·1 min de lecture

Comment se défend notre organisme lorsqu’il croise le chemin du coronavirus ? Voilà une question sur laquelle bûchent nombre de scientifiques depuis le début de l’épidémie. Et l’état des connaissances se densifie. Une nouvelle étude, publiée ce mercredi 21 avril dans la revue Cell reports medicine, révèle une autre manière, pour le système immunitaire, de combattre le virus en cas d’infection. En s’appuyant sur des études épidémiologiques, des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), de l’Institut Pasteur, du Centre national de recherche scientifique (CNRS) ainsi que du Vaccine Research Institute adossé à l’Université de Paris-Est Créteil ont montré que des anticorps induits chez des personnes infectées par le Sars-CoV-2 sont capables de tuer les cellules infectées. Et ce, quelle que soit la sévérité de la maladie.

Une découverte qui pourrait, selon Timothée Bruel, co-auteur principal de l'étude et chercheur à l’Institut Pasteur, contribuer au développement d’un traitement pour soigner les malades de la Covid-19. “Aujourd’hui par exemple, on commence à utiliser les anticorps monoclonaux qui sont choisis pour leur capacité à neutraliser le virus, en l’empêchant d’entrer dans les cellules, explique-t-il à Capital. Peut-être qu’à l’avenir, on pourrait créer un cocktail d’anticorps qui en comprendrait un qui neutralise directement le virus, et d’autres qui éliminent les cellules infectées”.

Jusqu’ici, on savait que les anticorps ont un pouvoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Koursk, San Juan… les plus graves accidents de sous-marins
Marseille craint un trop fort afflux de touristes cet été, veut moins de promotion !
Covid-19, économie, Bélarus… les annonces de Vladimir Poutine sur la Russie
L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère
Turquie : Erdogan dénonce les "mensonges" et la "trahison" de l’opposition sur les réserves de la banque centrale