La Bonne Conduite (Arte) Alban Lenoir : "Je suis de plus en plus sollicité par les Américains"

·1 min de lecture

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le rôle de ce maître principal dans la Marine nationale, aux abords rigides ?

Alban Lenoir : J’ai d’abord été conquis par le scénario que m’a présenté le réalisateur, Arnaud Bedouet. Ensuite, le personnage de Pierre est plus compliqué qu’il n’y paraît. C’est un homme en rupture complète, aussi bien avec son père qu’avec son fils, ses amis et les femmes. C’est l’histoire d’un retour aux sources qui va bousculer toute la vie de cet homme.

Vous ressemble-t-il un peu ?

Je suis à l’opposé de lui dans la vie, mais complètement en adéquation avec son caractère dans le travail. Je ne suis pas autoritaire, mais plutôt en attente d’une discipline sur un plateau, ce que je ne m’impose pas du tout dans la vie courante.

Vous partagez beaucoup de scènes avec Olivier Saladin, l’une des figures inoubliables des Deschiens…

Oui. Je ne l’avais encore jamais rencontré, et ce fut un régal de lui donner la réplique. Nous avons également beaucoup ri avec Tata Milouda, qui incarne Yaguël. Cette artiste marocaine, qui a 71 ans, est un sacré personnage. Le reste du casting est aussi réussi. Tous les comédiens qui jouent les élèves de l’auto-école offrent un panel savoureux de personnalités. Quel plaisir d’accompagner de jeunes talents sur un plateau de tournage ! J’adore ça.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles